AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Forum rpg situé à Seatte
 
Tu souhaites gagner des points pour ta team ? Pour cela...
TS Obsession (rec) + Bazzart'op (rec) + PRD TS (rec) + Bazzart (rec) + PRD (rec)
Les plus de bol

Un peu d'aide ?

Tu peux contacter les membres et le staff de bol en postant dans l'agence de tourisme où ils se feront une joie de t'aider à trouver le personnage de tes rêves. Sache que les liens se trouvant dans les recherches de liens peuvent également t'aider. Et il y a bien entendu les fameux scénarios attendus par nos supers membres qui pourraient bien te combler de bonheur.
Notre sélection de scénarios :

                 
 

 Subway is such a good place to live.

BREATH OF LIFE :: THE EMERALD CITY :: North End. :: Fremont.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
                                                                                          
le membre son message
30.08.16 12:02

Nastya Alzire Rojov Evan Karlsson
Subway is such a good place to live.
Statut +Privé.
Lieu +Dans le métro
Date + Fin août
Moment + Matin
Météo + Ensoleillé
Prévention -18 + Non
Intervention du PNJ + Oui pourquoi pas !
Si c'est un souhait, direction les demandes.
Breath of Life + Tous droits réservés.

----------------------------------------------------------------------



We can be heroes
All my friends are heathens, take it slow - Wait for them to ask you who you know - Please don't make any sudden moves - You don't know the half of the abuse
Revenir en haut Aller en bas
30.08.16 12:03




"Subway is such a good place to live"


Vie comme si tu devais mourir demain, apprend comme si tu devais vivre toujours - Gandhi

Si j'étais une fille dans une situation normale, je pourrais m'acheter du fond de teint et l'appliquer autour de mon œil pour éviter de passer pour une folle mais comme ce n'est pas le cas, je dois sortir avec cet oeil-au-beurre-noir. En même temps, ça fini le look : j'ai les cheveux en pagaille et mon gilet a rarement été aussi sale. Mais je n'ai pas trop le choix, si je veux avoir quelques sous pour dormir au foyer ce soir. Je pourrais toujours appeler Sawyer pour prendre une douche là-bas et peut-être prendre son canapé mais honnêtement je n'ai pas encore assez confiance en lui pour lui demander ce genre de service. Alors en attendant, je prendre ma guitare et je me dirige vers le métro, comme d'habitude. Sur le chemin, je retire mon horrible gilet pour l'attacher autour de ma taille : il fait bon à Seattle en ce moment, je serais plus à l'aise dans mon tee-shirt. Comme tous les matins, je m'arrête devant le magasin de télé pour regarder un peu les informations : j'aurais préféré regarder autre chose mais c'est la seule chaîne qu'il passe ! Aujourd'hui, le présentateur parle un peu trop de la rentrée qui approche à mon goût : il doit bien y avoir quelque chose de plus intéressant sur Terre que des adolescents qui retournent en cours non ? Je me demande où j'en serais si il n'y avais pas eu tous ces... « Evénements » en Ukraine. Il y a deux ans encore, je voulais devenir professeur : sûrement de science, j'ai toujours adoré les maths et la biologie alors l'un ou l'autre m'aurait forcément plus. Mais à la place, j'ai perdu mon petit-ami, mes parents et je suis venue me cacher ici, dans une ville qui m'était jusqu'alors totalement incconue. Je secoue la tête pour me changer les idées et je tourne le regard pour me remettre en route vers le métro. Quand j'arrive devant, deux filles passent au même moment et me lance un regard que j'ai trop connu c'est denier temps, celui qui veut dire : mais d'où elle sort celle là ? En plus l'état de mon œil ne doit rien arranger et tout est de ma faute : si je n'avais pas accepté cette proposition stupide de Pietro, je n'aurais jamais mis Axl dans la merde et Pietro ne m'aurait jamais fait ça. Pense a autre chose Nastya, pense à autre chose. Quand je descend les marches, je prend un grande inspiration pour essayer de capter un peu de courage : plus je passe de temps aux Etats-Unis et moins j'en ai. Je me dépêche d'aller me mettre à ma place, pour que personne ne prenne ma place. Mais sur la route, je croise le regard d'Evan : un gars que j'ai rencontré il y a quelque temps, il vit dans la rue lui aussi. C'est d'ailleurs le premier que je vois qui ne soit pas complètement à l'ouest, il est même gentil. J'esquisse un petit sourire sur mes lèvres avant de m'approcher de lui, retirant la guitare de ma mère de mon dos : « Eh, salut Evan ! » Je viens m'installer à côté de lui. Il est le seul à Seattle à savoir des choses sur moi : il est courant que mon vrai prénom est Nastya et que je viens d'Ukraine. Je ne lui ai pas non plus raconté de détails, mais c'est déjà mille fois plus que la plupart des gens à qui j'ai parlé ici. En même temps, je ne vois pas pourquoi je lui cacherai quelque chose : il vient ici aussi pour gagner un peu de sous, je doute qu'il soit ami avec des flics ou des gars de la douane, je n'ai pas trop de soucis à me faire.


Code by Sleepy

----------------------------------------------------------------------



We can be heroes
All my friends are heathens, take it slow - Wait for them to ask you who you know - Please don't make any sudden moves - You don't know the half of the abuse


Dernière édition par Nastya Alzire Rojov le 02.09.16 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
31.08.16 18:12


Nastya & Evan
 
Subway is such a good place to live.


Il y a des jours comme aujourd'hui où je me demande qu'est-ce qu'il se serait passé si je n'avais pas décidé de m'engager dans l'armée. Peut-être que j'aurais eu une vie bien meilleure. En fait, ça j'en suis certain. M'engager dans l'armée a peut-être été l'une des plus grosses erreurs que j'ai faite. Au départ ça partait d'une bonne intention. Enfin, je veux dire par là que je m'engageais pour quelque chose. Mon père est mort dans le World Trade Center, j'ai simplement été touché par ça. J'avais pas plus d'affinité que ça avec mon père. Du moins, je le voyait pas autant que j'aurais voulu. Mais c'était mon père, c'est un membre de la famille -de ma famille- et sa mort m'a affecté plus que je l'aurais imaginer. Alors j'ai pris part au conflit dans lequel les USA se sont engagés. Ça été une décision difficile autant pour moi que pour ma mère. C'est jamais facile de laissé partir son fils à la guerre et c'est tout aussi dur de quitter sa mère. D'autant plus que je n'avais que dix huit ans à ce moment-là. J'étais persuadé que tout se passerait bien, que je rentrerais vite.
Mais je me suis bien trompé. La guerre ça vous marque au fer rouge vous laissant une cicatrice que vous gardez à vie. Certains encaissent mieux tout ça. Pour ma part, la blessure psychologique est encore bien présente. J'en rêve la nuit. J'entends parfois les cris de certains soldats que j'ai vu mourir. Je me suis penser assez fort pour survivre à tout ça, mais c'était pas le cas. Je souhaite vraiment à personne de subir ce que j'ai subi, de voir ce que j'ai vu, de faire ce que j'ai fais. Alors oui, je suis persuadé que ma vie aurait été bien différente sans tout ça. Que j'aurais sûrement vécu plus heureux. Mais il est bien trop tard pour repenser à ce que j'aurais dû faire ou ce qui aurait pu m'arriver. Mes erreurs font ce que je suis aujourd'hui et il est impossible de revenir en arrière.

M'étant fais viré de mon dernier job et n'en trouvant pas de nouveau, j'ai dû retourner dans le lieux où je vis, c'est-à-dire la rue. Le métro pour être plus précis. Je n'y mets les pieds qu'en dernier recours quand je n'ai pas d'autre choix que de faire la manche pour pouvoir me nourrir. Je descend les quelques marches, ma guitare sur le dos pour me diriger où à ma place habituelle. Je m'installe regardant rapidement autour de moi. Il y a l'air d'avoir du monde aujourd'hui. Il semblerait que j'ai choisis mon jour pour pouvoir faire la manche. Tandis que je m'assois, je constate que, comme d'habitude, les gens osent à peine poser un regard sur moi. Je dois certainement avoir une mine de zombie. En plus de ça, j'ai cocard suite à un coup de poing que je me suis prit. Les durs lois de la rue, hein ! Une fois assis, j’étends ma jambe droite qui me fait mal comme toujours. Un peu moins que d'habitude mais la douleur est quand même présente. J'attrape ma guitare mais au moment où je m'apprête à jouer, je croise le regard de Nastya, une jeune fille qui, tout comme moi, vit dans la rue. On s'est rencontrés dans le métro et on a sympathisés tous les deux. Faut dire que c'est rare de voir des gens nets dans la rue. La plupart sont alcooliques ou totalement perdu dans leurs têtes. Alors quand on croise le chemin de quelqu'un qui sait alignés deux mots sans tituber on crache pas dessus. C'est pas facile de se faire des amis ici. On est livrés à nous même et on peut pas vraiment avoir confiance en tout le monde. Nastya s'approche en me saluant. « Hey ! » répondis-je alors, avec un sourire tandis qu'elle s'installe à côté de moi. « Y'a du monde aujourd'hui. » Commençai-je par lui dire. « On va peut-être enfin faire fortune. » plaisantai-je accompagnant mes paroles d'un léger sourire. Je joue la carte de l'humour quand il s'agit de ma situation. C'est la seule chose qui me reste finalement et puis ça ne sert à rien de pleurer sur mon sort.

----------------------------------------------------------------------



There was a time above a time before. There were perfect things, diamond absolutes. But things fall, things on earth. And what falls is fallen. In the dream, it took me to the light. A beautiful lie. — neon demon.
Revenir en haut Aller en bas
02.09.16 19:10




"Subway is such a good place to live"


Vie comme si tu devais mourir demain, apprend comme si tu devais vivre toujours - Gandhi

Quand je descend les marches pour me rendre dans le métro, j'observe un peu les gens autour de moi : il y a beaucoup d'hommes d'affaires, vêtus de costume hors de prix, avec des petites mallettes ridicules et des grosses montres mais aussi des femmes en tailleur et talons. J'ai l'impression qu'ils se ressemblent tous, aucun ne sort du lot. Quand je rate une marche et que je manque de m'étaler sur le sol, je décide d'arrêter ma petite étude et j'avance, la tête baissée. Ma guitare sur le dos, je cherche une place pour m'installer jusqu'à ce que je tombe sur Evan, un type que j'ai déjà vu plusieurs fois ici : il est vraiment sympa et il n'a rien à voir avec les autres personnes que j'ai rencontré ici -il n'est pas ivre ou violent, il ne me faut rien de plus. Un petit sourire aux lèvres, je lui fais un signe de la main avant de venir m'installer près de lui : "Oui c'est vrai qu'il y a du monde aujourd'hui. Je préfère, je n'aime pas quand il n'y a personne" Une fois, ce n'était pas dans ce métro, mais il n'y avait pas eu un chat de la journée. C'était à mon arrivée ici et je ne connaissais pas encore les bons endroits. J'avais flippé toute la journée qu'un taré débarque et me kidnappe -j'ai regardé un peu trop de film américain quand j'étais petite. "Faire fortune ? C'est quand on devient riche c'est ça ?" Quand on entend mon accent ukrainien -que beaucoup prennent pour du russe- on comprend que je ne suis pas ici depuis longtemps. Alors parfois, j'ai du mal avec certains mots : j'avais quelques notions en anglais en arrivant ici et j'ai appris en écoutant les conversations, particulièrement au foyer. Si un jour j'arrive a avoir une situation "normale", je prendrais des cours : j'en ai marre d'être dans un pays où je ne comprends pas tout. Enfin bref, si je veux gagner quelques choses aujourd'hui, je ferais bien de sortir ma guitare de son étui, ce que je fais aussitôt. Mais en le faisant, je remarque un bleu sur l'oeil d'Evan : il semble que nous ayons eu une semaine difficile tous les deux. "Tu t'es fais mal aussi ?" lui demandais-je tout en tournant ma tête, pour que mon oeil-au-beurre-noir soit de son côté. Enfin, personnellement je ne me suis pas fais mal : on m'a fait mal. Mais je me vois mal expliquer ma soirée à Evan, j'ai déjà du mal à la comprendre moi-même. Je dépose mon étui à guitare derrière moi et prend la bête en main. Evan aussi est accompagné de sa guitare, j'aime beaucoup comment il joue d'ailleurs. "Tu voulais jouer quoi ?" Quand j'étais en Ukraine, ma maman m'avait enseigné toutes les bases à la guitare et après, j'avais appris seule de nombreuses musiques. Je devais avoir 7 ans à l'époque, depuis j'arrive à suivre facilement les autres guitaristes et quand j'écoute beaucoup une musique, je peux la refaire à l'oreille. En générale dans le métro je joue des airs un peu "passe partout" histoire de pouvoir capter la plupart des gens qui passent. J'évite tout ce qui va trop fort -j'ai cru passé pour une folle la première et dernière fois que j'ai joué du ACDC- ou tout ce qui est trop émouvant -pleurer dans le métro une fois mais pas deux- alors j'ai hâte de savoir ce que voulais faire Evan.


Code by Sleepy

----------------------------------------------------------------------



We can be heroes
All my friends are heathens, take it slow - Wait for them to ask you who you know - Please don't make any sudden moves - You don't know the half of the abuse
Revenir en haut Aller en bas
06.09.16 17:30


Nastya & Evan
 
Subway is such a good place to live.


Quand on fréquente toutes les semaines le même endroit, quand on fait la manche dans les mêmes lieu on finit par croiser des têtes qu'on apprend vite à reconnaître. Nastya fait partie de ces personnes là. Je me souviens que la première fois que je l'ai vue, je me suis demandée comment elle était arrivé là. C'est pas banal de voir une fille, de son âge en plus, traîné dans les rues et faire la manche. A son âge, on a tendance à faire des études, sortir avec ses amis, vivre sa jeunesse. Mais elle c'est différent. Elle n'est pas comme les autres jeunes filles de son âge même si je suppose qu'elle aimerait l'être. Elle n'ai pas originaire des États-Unis, il vient tout droit d'Ukraine. Par déduction, je pense qu'elle est venue seule, peut-être qu'elle a fuit quelque chose ou peut-être que rien ne l'a retenait là-bas. A vrai dire, je ne sais pas, et je n'ose pas vraiment lui en demandé plus. Elle n'a pas l'air de vouloir qu'on sache qui elle est. Je connais son vrai nom et d'où elle vient, pour le reste je ne sais pas. Et ça ne me regarde pas non plus. Je suis bien placé pour savoir qu'il est difficile de dire des choses sur soit à un inconnu d'autant plus quand on vit dans la rue. On est jamais vraiment certain des personnes sur qui on tombe.

Ma guitare sur les cuisses, j'observe la rousse venir s'asseoir à mes côtés après l'avoir saluer. Je me permet même de plaisanter sur le fait qu'au vu du monde qui se trouve dans le métro, on finira peut-être par faire fortune aujourd'hui. Nastya me répond qu'elle préfère quand il y a du monde. Chose que je comprend, non seulement parce qu'on a plus de chance d'avoir un peu d'argent et que les couloirs du métro complètement déserts, il n'y rien de plus déprimant. « Faire fortune ? C'est quand on devient riche c'est ça ? » demande-t-elle. Je souris d'une parce que sa question me fait sourire et de deux parce que son accent Ukrainien rend nos conversations encore plus agréable. Je hoche la tête avant de lui répondre « C'est ça. » J'ai tendance à oublié qu'elle vient d'Ukraine avant d'entendre son accent, c'est pour ça qu'il m'arrive d'être étonné par le fait qu'elle ne connaisse pas certaines expressions, jusqu'au moment où je me souvienne de ses origines. Je fais mine de gratté quelques accords sur ma guitare en attendant qu'elle sorte la sienne de son étui. « Tu t'es fais mal aussi ? » Me questionne-t-elle en parlant de mon œil au beurre noir avant de tourner la tête vers moi pour que je découvre qu'elle a le même. Je soulève les sourcils d'étonnement, presque inquiet pour elle. « T'as des ennuis ? » lâchai-je sans même prendre le temps de répondre à sa question. C'est plus fort que moi, je m'inquiète pour les autres. Encore plus quand c'est une fille. Je fronce les sourcils. « Enfin je veux dire, rien de grave? » Me repris-je alors pour ne pas qu'elle pense que je me mêle de ce qui ne me regarde pas. Je sais que je veux aider les autres du mieux que je peux, mais peut-être qu'elle n'a pas forcément envie que je l'aide. Je n'ai pas non plus envie de passé pour un con. « Tu voulais jouer quoi ? » dit-elle en parlant de ce que je voulais jouer. J'avoue être un peu prit de court, j'avais pas vraiment prévu de morceaux. Alors je me met à cherché levant les yeux au ciel. « Mhhh » commençai-je. « I'm Yours de Jason Mraz. » Je repose mon regard sur elle me demandant si elle connaît. « Ça te dit quelque chose ? » demandai-je en commençant à faire les premiers accords. J'essaye toujours de jouer des musique qui sont au départ des chansons jouées avec une guitare acoustique. C'est souvent des chansons que les gens connaissent plus facilement. Et puis j'évite aussi les musiques de mon registre. Pas certain que les gens apprécient Kiss ou Alice Cooper ou même AC/DC. C'est d'ailleurs bien dommage. Après les quelques accords que je répète plusieurs fois, je regarde à nouveau la jeune femme. « Les accords ne sont pas bien difficiles, tu vas pouvoir me suivre ? » la questionnai-je alors. Les quelques fois où on a pu jouer ensemble, je me suis vite rendu compte qu'elle avait un bon niveau, du moins qu'elle arrivait à pouvoir reproduire certains accords à force de les entendre. Elle a sûrement dû apprendre en Ukraine, peut-être qu'elle a prit des cours. Allez savoir.

----------------------------------------------------------------------



There was a time above a time before. There were perfect things, diamond absolutes. But things fall, things on earth. And what falls is fallen. In the dream, it took me to the light. A beautiful lie. — neon demon.
Revenir en haut Aller en bas
11.09.16 15:49




"Subway is such a good place to live"


Vie comme si tu devais mourir demain, apprend comme si tu devais vivre toujours - Gandhi

Quand je passe la journée à chanter dans les rues ou dans le métro, j'arrive presque toujours à avoir assez d'argent pour manger quelques choses et payer les foyers. Même si ce n'est vraiment pas une situation facile, j'ai appris à m'en sortir au fil des mois. Cependant, une chose avec laquelle j'ai encore beaucoup de mal, c'est la langue officiel du pays, l'anglais. J'avais quelques bases en arrivant ici, je connaissais "bonjour" et "au revoir", "merci" et "de rien". Mais avec les mots un peu plus techniques je bloque parfois. Et comme je ne discute pas avec grand monde, je ne m'améliore pas très vite pour le coup. Alors quand je discute avec Evan, même si j'ai l'impression de passer pour une idiote en demandant la signification d'un mot, je suis bien contente d'avoir appris quelque chose. "Alors oui, j'espère aussi qu'on va faire fortune !" J'affiche un petit sourire avant d'attraper l'étui de ma guitare pour la sortir. Evan joue également de la guitare et je dois dire que j'aime bien ça. C'est assez sympa d'avoir quelqu'un avec qui jouer de temps en temps. Je pense que mes journées seraient bien plus tristes si je n'avais pas pris la guitare de ma mère avec moi en quittant l'Ukraine : quand on passe des heures à faire la manche, avoir un petit truc en plus pour s'amuser c'est réconfortant. Je sors de mes pensées quand je découvre que mon ami à également un oeil-au-beurre noir sur le visage. Je me demande ce qu'il a pu faire et j'espère qu'il n'a pas d'ennuis. Quand je lui montre le mien, il me retourne la question et je hausse légèrement les épaules. Je n'ai pas envie de l'embêter avec mes histoires et pour tout dire, j'ai un peu honte du pourquoi de comment : j'ai fais quelque chose d'horrible en mêlant Axl à mes histoires alors je ne veux pas en faire de même avec Evan. "Non, rien de grave. Je me suis cognée l'autre jour et je marque très vite." J'essaye de faire passer ce mensonge avec un petit sourire, avant d'enchaîner : "Mais toi, tu ne m'as pas dit comment tu t'es fait ça ?" Je ne sais même pas pourquoi je lui demande puisque dans tous les cas, je ne croirais pas son histoire. Si je mens, il peut en faire tout autant non ? Mais j'espère vraiment qu'il n'a pas de problème. J'attrape finalement ma guitare pour faire ce pour quoi je suis venue ici : chanter pour amasser quelques sous. Quand je demande à Evan ce qu'il comptait jouer, il me donne le nom d'une musique que je ne connaît pas. Je secoue la tête de gauche à droite pour lui signifier et j'attend qu'il commence les accords pour les mémoriser. Je joue de la guitare depuis toute petite alors je repère vite les mouvements. "Hmm oui, je pense que je vais pouvoir suivre." Je bouge à mon tour mes doigts le long de la guitare pour reproduire les accords qu'Evan venait de me présenter. Et j'aime beaucoup l'air : c'est assez calme mais plutôt entraînant. Je me demande où il a apprit la guitare. Je suppose que comme tous les monde ici, il a dû prendre des cours. J'arrête ensuite quelques secondes de jouer pour ouvrir correctement mon étui devant moi, histoire que les passants n'oublient pas qu'une petite pièce est la bienvenue. Je me retourne ensuite vers Evan, un petit sourire aux lèvres : "Je suis prête, je te suis." J'attend que ce dernier commence pour suivre les notes. Je ne chante pas tout de suite puisque je ne connais pas les paroles, mais quand le refrain se répète, j'essaye de le suivre. La mélodie est très entraînant et lorsque le couplet suivant arrive, je fredonne l'air tout en continuant de jouer. Comme d'habitude, les gens autour de nous ne prêtent pas vraiment attention à la musique : ils passent la tête baissée sur leurs smartphones à pianoter sur les touches. Mais de temps en temps, un regard passe et c'est plutôt plaisant quand on arrive à décrocher un sourire. Vers le milieu de la musique, je vois qu'une petite fille et sa mère passent devant nous : le petit bout de chou d'à peine 4 ans tire sur la manche de sa mère pour qu'elle s'arrête afin de nous écouter quelques secondes. Je n'entend pas ce que la petite fille demande mais quand je vois deux billets d'un dollar sortir du sac à main de sa maman, je comprend qu'ils nous sont destinés. Quand la petite s'approche timidement de nous, je lui souris largement avant d'ajouter un "Merci" que j'essaye de prononcer tant bien que mal sans accent. Elle retourne ensuite vers sa maman qui nous regarde également et qui ajoute : "C'est très jolie ce que vous faites." Ce n'est pas tous les jours que quelqu'un prend le temps d'un compliment alors je jette un regard vers Evan pour lui sourire. C'est vrai qu'il rend la mélodie très jolie et le métro est plus vide quand la chanson s'arrête. "C'est sur maintenant, j'adore Jason Ma.. Euh j'ai oublié comment il s'appelle mais j'aime quand même."


Code by Sleepy

----------------------------------------------------------------------



We can be heroes
All my friends are heathens, take it slow - Wait for them to ask you who you know - Please don't make any sudden moves - You don't know the half of the abuse
Revenir en haut Aller en bas
17.09.16 15:33


Nastya & Evan
 
Subway is such a good place to live.


C'est marrant, je ne connais pas grand chose de Nastya, peut-être un peu plus que les autres d'après ce que j'ai compris, mais je ne sais rien de sa vie. Elle m'a simplement dit ce qu'elle avait envie de me dire. Et moi c'est pareil. Elle sait que ma jambe est meurtri à cause de la guerre, que j'avais une petite amie il y a quelques années de ça. Je lui ai dit quelques détails sur ma vie. Mais pourtant, elle ne connaît pas plus de chose sur moi que moi sur elle. Néanmoins, ça ne nous empêche pas de passer des bons moments. A chaque fois qu'on se croise, on joue ensemble, on se réchauffe le cœur comme on peut. On a pas besoin de plus, on veut juste faire passer le temps plus vite, peut-être même un peu oublié qu'on est pauvres. Qu'on est obligés de vivre d'un rien. J'apprécie sa présence. C'est une fille bien et je n'ai pas besoin de savoir ce qu'elle a vécue pour le comprendre. Bien au contraire.

Alors qu'on découvre tout les deux qu'on a un bel œil au beurre noir, Nastya me fait la remarque. Je fronce les sourcils lui demandant si tout va bien pour elle. Elle hausse les épaules. Je comprend alors qu'elle ne me dira sûrement pas ce qui lui ait arrivé. Chose que je peux comprendre, je me mêle de ce qui me regarde pas. J'espère juste pour elle que tout va bien, la rue c'est dangereux. D'autant plus quand on est une fille. « Non, rien de grave. Je me suis cognée l'autre jour et je marque très vite. » me dit-elle pour toute excuse. Un léger sourire s'affiche sur mon visage. Okay, elle ne veut vraiment pas en parler. Ou alors elle a peur de m'embêter avec tout ça. Elle enchaîne aussitôt « Mais toi, tu ne m'as pas dit comment tu t'es fait ça ? » Je soupir repensant à ce type qui m'en a foutu une dans le bar avant que je quitte le job de moi-même. « J'ai voulu joué au héro, rien de grave. » lâchai-je sans rentré dans les détails, après tout on est pas là pour se raconter nos problèmes, même si des fois ça peut faire un bien fou. Je pose ensuite mon regard sur ma guitare tandis que la jeune rousse attrape la sienne profitant de ça pour me demander ce que je comptais jouer. Je tourne la tête vers elle. Encore une fois mon répertoire musical ne passe pas vraiment partout ou du moins pas dans ce genre d'endroit. Je fouille donc dans mes souvenirs à la recherche d'une chanson qui pourrait attrapé l'attention des gens. I'm Yours de Jason Mraz me vient assez vite à l'esprit. C'était un tube y'a quelques années de ça, les gens n'ont sûrement pas oubliés. Je montre les quelques accords de la chanson plusieurs fois à Nastya pour qu'elle les reproduisent. Ce n'est pas sorcier. Elle reproduit les accords sur sa guitare, je l'observe faire en silence avec un petit sourire aux lèvres. Elle ouvre ensuite son étui de guitare pour que les passants n'oublient pas qu'ils peuvent nous donnez un petit quelques choses. Puis elle se tourne vers moi me disant qu'elle est prête à me suivre. Sans tarder, je commence donc la chanson et vu qu'elle ne connaît pas la chanson, je me met à chanter les paroles. Je n'aime pas spécialement chanter mais il faut bien que les gens nous entendent pour prêter attention à nous. Heureusement pour eux ma voix n'est pas inaudible. Et ça n'est pas une souffrance de m'entendre pousser la chansonnette. Au début Nastya ne chante pas avec moi, mais une fois que le couplet se répète elle se met a fredonner. Je souris tandis que les gens autour de nous marchent sans faire attention à notre existence. Certains tournent tout de même la tête vers nous, décrochent un léger sourire puis continuent leur chemin. Mais quand on arrive au milieu de la chanson, une petite fille s'approche de nous et d'une petite voix elle demande quelque chose. Malheureusement avec le bruit qu'il y a autour de nous, je ne comprend pas ce qu'elle a voulu nous dire mais je la vois déposé deux billets dans l'étui. Je m'arrête de chanter pour la remercier d'un grand sourire. Sa maman s'approche à son tour nous complimentant sur ce que l'on fait. Mon sourire s'élargit d'autant plus, je jette un coup d’œil à Nastya visiblement tout aussi ravie que moi. « C'est sur maintenant, j'adore Jason Ma.. Euh j'ai oublié comment il s'appelle mais j'aime quand même. » me lâche-t-elle ce qui me fait lâcher un éclat de rire. « Jason Mraz. » lui répétai-je. La maman de la petite étant toujours là, je tourne ma tête vers elle. « Ma fille aimerait que vous jouiez une musique. » Je pose mon regard sur la petite qui se cache derrière sa mère, je penche la tête sur le côté. « Laquelle tu veux qu'on joue ? » lui demandai-je, accompagné d'un sourire. Elle n'ose pas me répondre alors sa mère prend la parole pour elle. « Elle adore Hakuna Matata, vous savez la chanson du Roi Lion ? » dit-elle alors que je repose mon regard sur elle. Mon filleul passait son temps à vouloir le regarder quand il était petit. Difficile d'oublier cette chanson. Cette fois, je regarde Nastya. « Tu me suis toujours ? » demandai-je tandis que je fais les premiers accords sur le manche de ma guitare. Je n'avais jamais pensé à faire les chansons de Disney auparavant. C'est une bonne idée, finalement.

----------------------------------------------------------------------



There was a time above a time before. There were perfect things, diamond absolutes. But things fall, things on earth. And what falls is fallen. In the dream, it took me to the light. A beautiful lie. — neon demon.
Revenir en haut Aller en bas
22.09.16 14:44




"Subway is such a good place to live"


Vie comme si tu devais mourir demain, apprend comme si tu devais vivre toujours - Gandhi

A chaque fois que je croise Evan, que nous passons un peu de temps ensemble, je me demande comment un homme comme lui a pu se retrouver dans ce genre de situation. Quand on est étranger et qu'on imagine les Etats-Unis, on voit ce pays comme un endroit merveilleux où personne ne meurt de faim et ne vit dans la rue. Et pourtant, Evan est dans la rue alors qu'il a fait la guerre, qu'il s'est battu pour son pays. Moi, je n'ai fais que fuir mien alors que mon cas n'intéresse personne, je peux l'entendre. Mais pour lui, il devrait y avoir des solutions afin de lui permettre d'avoir une vie décente, sans devoir faire la manche parfois dans le métro. Et quand il me parle de son oeil-au-beurre-noir, il ne fait que renforcer ce que je pensais. Il est blessé parce qu'il a voulu aider quelqu'un : je l'imagine bien jouer au héro pour sauver au belle demoiselle en détresse. Alors que moi, j'ai l'oeil dans cet état par ma faute, je l'ai mérité. Et pourtant, nous sommes tous les deux dans la merde aujourd'hui. "Je ne voudrais pas voir l'état de l'autre gars alors" dis-je pour essayer de détendre l'atmosphère. Evan a été dans l'armée, il a fait la guerre, je suppose qu'il sait se défendre. "Ca te donne un petit côté dangereux, on a pas vraiment envie de t'embêter je pense" ajoutais-je, un petit sourire aux lèvres. En temps normal déjà, Evan est assez imposant et il ne doit pas y avoir beaucoup d'hommes assez courageux pour s'en prendre à lui. Parfois, j'aimerai être un homme et avoir de gros bras, ma vie ici serait peut-être plus simple. Je ne serais sûrement jamais tombée dans toutes ces histoires si je n'avais pas été une fille seule. Enfin bref, il serait peut-être tant de commencer ce pour quoi nous sommes ici : chanter pour essayer d'avoir quelques sous. Evan m'explique qu'il comptait jouer une musique dont je n'avais encore jamais entendu parlé : I'm Yours d'un certain Jason Mraz. Il m'explique rapidement les accords et quelques minutes plus tard,nous entamons la chanson. Dans un premier temps, je ne fais que le suivre, jouant les notes qu'il venait de m'apprendre. Et après avoir entendu une première fois le refrain, j'essaye de le suivre, chantant assez doucement pour une fois. Comme souvent, il n'y a que très peu de personne pour faire attention à nous : les gens sont toujours trop pressés ici, ils ne prennent le temps de rien. Mais à la moitié de la musique environ, une petite fille vient déposer deux dollars dans l'étui de ma guitare. Je lui rend un beau sourire, pour la remercier. J'aimerai me lever et la prendre dans mes bras pour lui dire merci, mais je ne suis pas sur que ce soit politiquement correcte. A la fin de la mélodie, la maman de la petite demoiselle s'approche un peu plus de nous pour nous demander de jouer une musique, celle du Roi Lion, Hakuna Matata. Cette idée me fit sourire : j'adorais ce dessin animé lorsque j'étais petite mais je n'avais jamais pensé la jouer dans le métro. En plus, c'est sûrement l'une de mes chansons Disney préférée. Quand Evan me demande si je le suis, je hoche la tête de bas en haut pour signifier qu'il peut commencer. Je n'ai jamais appris les notes mais à l'oreille, je retrouve rapidement le rythme pour suivre mon ami. "Hakuna Mata, mais quel chant fantastique..." Je connais les paroles par coeur -la chanson n'étant pas très compliquée- et je ne peux pas m'empêcher de sourire en l'interprétant. La petite demoiselle en face de nous avait décidé de quitter les jupons de sa mère pour danser avec elle, comme s'il n'y avait pas des centaines de personnes autour de nous. Et cet enthousiasme a du provoquer un effet de groupe car petit à petit, d'autres personnes se mettaient devant nous pour écouter la chanson, certains bougeaient même en rythme. C'est la première fois qu'autant de personne m'écoute en même temps. Je jette un coup d'oeil vers Evan, lui affichant un large sourire : quand la musique s'arrête, une dizaine de personnes nous applaudissent et j'en profite pour lâcher ma guitare et je tape également dans mes mains, félicitant mon partenaire. C'était vraiment sympa de jouer ça et quand je vois les quelques billets tomber dans mon étui, je me dis que les passant aussi on apprécié. "Tu avais peut-être raison, c'est peut-être le jour pour faire fortune" dis-je à Evan, jetant un oeil pour essayer de voir combien de billet nous avions amasser.


Code by Sleepy

----------------------------------------------------------------------



We can be heroes
All my friends are heathens, take it slow - Wait for them to ask you who you know - Please don't make any sudden moves - You don't know the half of the abuse
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 Page 1 sur 1


 

Subway is such a good place to live.


BREATH OF LIFE :: THE EMERALD CITY :: North End. :: Fremont.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
         
Actuellement à Seattle
Le staff à ton service
La course aux affinités