AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Forum rpg situé à Seatte
 
Tu souhaites gagner des points pour ta team ? Pour cela...
TS Obsession (rec) + Bazzart'op (rec) + PRD TS (rec) + Bazzart (rec) + PRD (rec)
Les plus de bol

Un peu d'aide ?

Tu peux contacter les membres et le staff de bol en postant dans l'agence de tourisme où ils se feront une joie de t'aider à trouver le personnage de tes rêves. Sache que les liens se trouvant dans les recherches de liens peuvent également t'aider. Et il y a bien entendu les fameux scénarios attendus par nos supers membres qui pourraient bien te combler de bonheur.
Notre sélection de scénarios :

                 
 

 It's a new day, it's a new life

BREATH OF LIFE :: THE EMERALD CITY :: South End. :: Roosevelt. :: Harborview Med Center.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
                                                                                
le membre son message
08.09.16 18:16

Poppy et Roxane Shermaan
It's a new day, it's a new life
Statut + Privé.
   Lieu +Hôpital du quartier Roosevelt
   Date + Début septembre
   Moment +Après-midi
   Météo + Ensoleillé
   Prévention -18 + Non
   Intervention du PNJ + Non
   Si c'est un souhait, direction les demandes.
Breath of Life + Tous droits réservés.

----------------------------------------------------------------------



I'm taking my
time on my ride
Revenir en haut Aller en bas
08.09.16 18:32




"It's a new day, it's a new life"


Vie comme si tu devais mourir demain, apprend comme si tu devais vivre toujours - Gandhi

"Oui maman, je t'appelle dès que je rentre (...) Je ne sais pas combien de temps je vais rester, aussi longtemps que possible. Ca fait des mois que Roxane n'est pas sortie (...) Oui je sais, vous avez toujours de bonnes excuses de tout façon. Bon je te laisse j'y vais" Ma mère a vraiment le don de m'énerver ces derniers temps. Depuis quelques semaines, elle et papa ne font plus d'effort pour venir voir Roxane régulièrement et je trouve cela inadmissible : elle est seule, enfermée dans un hôpital jour et nuit alors la moindre des choses que nous puissions faire, c'est lui rendre visite régulièrement. Et par ça, j'entend plus d'une fois par mois évidemment. Mais il est hors de question d'être énervé aujourd'hui, car une excellente nouvelle nous attend : Roxane va enfin pouvoir sortir de sa maudite chambre. Les médecins sont très satisfaits de l'amélioration de sa maladie et ils lui accordent quelques heures par jour dehors, dans l'enceinte de l'hôpital, mais loin de sa chambre. Je n'ai pas eu l'occasion de me promener avec elle depuis si longtemps, j'ai hâte de la voir à la lumière du jour. Je dois la rejoindre à l'hôpital à 16h30 et il est déjà 15h donc je prend mon courage à deux mains et je file dans la salle de bain pour me préparer. Le temps n'aurait pas pu être plus de notre côté aujourd'hui : pour sa première sortie il est un temps magnifique. Une fois prête -et exit les te-shirt troués pour une fois- je fais un dernier bisous à Sparki et je sors de l'appartement, mon vélo en main.

En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, j'arrive devant l'hôpital. Je viens ici très régulièrement à tel point que j'en ai pris mes petites habitudes : je pose mon vélo et je l'attache sur le poteau qui tient le panneau avec le nom de l'hôpital -ce qui a le don d'énerver les infirmières- et je vais prendre un café à la petite machine pour montrer les escaliers vers la chambre de Roxy. J'ai un large sourire aux lèvres d'excitation, je ne tiens plus en place. Avant d'aller voir ma petite soeur, je file dans la salle de repos des infirmières pour leur dire bonjour. Je commence à être connue dans ce service et la plupart sont très gentilles -même si elles ne sont pas toujours super douées avec Roxane-. Je passe finalement devant la vitre de la chambre de Roxy, faisant un large signe je dis d'une voix assez fort pour qu'elle m'entende : "Prête à mettre les pieds dehors ?" Comme d'habitude, je dois passer pour tout un tas de désinfection -je ne suis jamais aussi propre que lorsque je lui rend visite- avant de pouvoir entrer dans sa chambre. Je viens déposer un baiser sur son front, ajoutant : "Je suis tellement contente de pouvoir sortir avec toi Roxy ! J'ai prévu plein de trucs, peut-être trop d'ailleurs" Je rie doucement, pensant à ce qui attend ma petite soeur après. Je me suis arrangée avec les infirmières pour que cette première sortie soit géniale.


Code by Sleepy

----------------------------------------------------------------------



I'm taking my
time on my ride
Revenir en haut Aller en bas
11.09.16 23:43

Tu étais heureuse. Et encore, heureuse ce n’était pas le mot. Depuis quelques jours, tu ne tenais plus en plus. Tu attendais ce jour avec impatience. Depuis environ trois jours, tu savais que ta maladie avec évoluer et dans le bons sens. Tu avais maintenant le doit de sortir quelques heures par semaine à l’extérieur de ta chambre. Mais pas seulement de ta chambre, à l’extérieur de l’hôpital aussi ! Cela faisait extrêmement longtemps que ça n’était pas arrivé. Tu avais l’impression que ça faisait des années alors que ça ne faisait que quelques mois, mais c’était déjà quelques mois de trop. Quand ton médecin était venu t’annoncer que tu allais maintenant mieux, tu avais fondue en larme. Tu n’arrivais pas à y croire et tu étais sûre qu’il te faisait un poisson d’avril beaucoup trop en avance. Sauf que ce n’était pas le cas. C’était une vraie nouvelle et tu allais pouvoir sortir de ton aquarium, de ta prison de verre. Tu t’étais alors empressé de prendre ton téléphone et t’appeler ta sœur. Poppy était la personne que tu aimais le plus, celle dont tu étais la plus proche. Tu n’avais même pas prit le temps d’appeler tes parents. En fait, tu étais plutôt en froid avec eux. Tu leur en voulais de ne plus prendre le temps de venir te voir au moins dix minutes dans la semaine. Tu avais donc crié la nouvelle à ta sœur au téléphone puisque ta voix n’était pas capable de prendre un ton normal. Tu lui avais ensuite demander de faire ta première sortie avec elle et tu avais fini l’appel en lui demandant d’appeler vos parents. Ils devaient quand même être au courant de la nouvelle, mais tu ne voulais tout de même pas leur parler. Tu le ferais lorsqu’ils viendront te voir…
Finalement, le grand jour était arrivé. Même si les trois derniers jours t’avaient parus interminables, tu allais finalement mettre les pieds à l’extérieur avec ta grande sœur et tu savais que tu allais passer un moment formidable. Tu passas une robe simple et tu laissas tes cheveux lâches. Tu ne voulais pas passer des heures devant le miroir, tu voulais juste que ta sœur arrive le plus vite possible. Puis, tu la vis derrière la fenêtre. Tu sautillas en frappant dans tes mains. Tu ne pouvais pas croire que tu serais à l’extérieur dans quelques minutes. « Prête à mettre les pieds dehors ? » Tu fis signe que oui de la tête. L’émotion te coupait la voix. « Je n’arrive pas à y croire Poppy ! Je vais aller dehors ! En plus, il faut tellement beau ! » Poppy entra dans ta chambre et celle-ci te donna l’éternel bisou sur le front. Ce fût plus fort que toi, tu l’attrapas et la serra fort dans tes bras. « Je suis tellement contente de pouvoir sortir avec toi Roxy ! J'ai prévu plein de trucs, peut-être trop d'ailleurs. » Tu tapas dans tes mains comme un enfant. C’était un évènement à marquer sur le calendrier. Puis, tu te rendis compte que ta robe ne conviendrait peut-être pas à ce qu’elle avait prévu. « Est-ce que je suis habiller correctement ? Peut-être que des shorts conviendraient mieux ? » Tu te mis à fouiner dans ta garde-robe pour essayer de trouver d’autres vêtements. Tu lui fis en même temps ta seule demande de la journée. « Dis, on va pouvoir aller chez le coiffeur ? J’ai une folle envie de changer de tête. »
Revenir en haut Aller en bas
12.09.16 18:29




"It's a new day, it's a new life"


Vie comme si tu devais mourir demain, apprend comme si tu devais vivre toujours - Gandhi

Quand j'arrive finalement devant la chambre de ma petite soeur, en un regard je comprend à quel point elle est excitée de pouvoir enfin sortir d'ici. Ca fait des mois qu'elle vit dans cette chambre qui ressemble plutôt à un aquarium et pour rien au monde je n'aurais manqué sa première sortie dans le monde réel. Je fais au plus vite pour entrer dans sa chambre : même si elle peut passer quelques heures à l'extérieur, ils s'obstinent à me faire passer tous les désinfections possible et inimaginable. J'espère que la prochaine étape sera de la changer de chambre enfin ! "Oui je me suis mise d'accord avec les dieux de la météo : c'était soit ils s'arrangeaient pour qu'on ai un magnifique soleil soit je m'occupais d'eux. Ils n'ont pas moufté !" Je ne peux pas m'empêcher de sourire, je suis tellement contente pour ma petite Roxy ! J'ai même prévu quelques activités pour cette journée, trop sûrement car le temps n'est pas illimité, mais il était hors de question de s'ennuyer aujourd'hui. Quand j'annonce à Roxane que j'ai prévu quelques trucs, je vois vite qu'elle se demande si sa robe ira. Je hoche la tête de bas en haut pour acquiescer : "Mais oui tu es parfaite comme ça ! Avec un peu de chance, tu te trouveras même un prince charmant aujourd'hui et on pourra vendre l'histoire à Disney et devenir riche. Qui sait !" Je hausse les épaules, l'air de rien, avant de rire. Je ris de bon coeur et personne ne m'en empêchera aujourd'hui. C'est même mieux qu'un matin de Noël où on peut enfin découvrir les cadeaux. Pour Roxane, la liberté est sûrement un cadeau qui n'a pas de prix. Elle me demande ensuite pour passer chez le coiffeur et je n'y vois aucun inconvénient : de toute façon, je me vois mal lui refuser quelque chose. "Bien sur on pourra y passer ! C'est un bonne idée. J'en profiterai pour me faire couper les pointes aussi." Nous sommes alors coupées par un "Toc Toc" qui se fait entendre par la fenêtre. C'est l'infirmière de tout à l'heure qui nous indique que nous pouvons -enfin- sortir de ce trou. Je tends ma main vers Roxane, mon éternel sourire aux lèvres : "Prête princesse ? Je te préviens tout de suite, la femme de ménage a dû passer tout à l'heure et sa sent le citron dans tout le couloir." J'essaye de détendre un peu l'atmosphère pour que Roxane soit le plus détendu possible. Même si je passe mon temps avec elle, je pense que personne ne peux vraiment comprendre ce qu'elle ressent, ni même comment elle vit se retour à la normal, à l'extérieur.

Code by Sleepy

----------------------------------------------------------------------



I'm taking my
time on my ride
Revenir en haut Aller en bas
18.09.16 18:46

Tu étais stressée. Oui tu avais hâte de retourner à l’extérieur, mais en même temps, tu avais peur d’attraper une bactérie, un virus et de tomber malade. Tu faisais complètement confiance à tes médecins et s’ils te disaient que tu pouvais sortir, tu savais que c’était vrai, mais il y avait quand même un petit doute qui avait réussit à s’introduire dans ton esprit. Mais en même temps, tu ne t’empêcherais de sortir pour rien au monde. Tu avais besoin de sentir le soleil sur ta peau, de te sentir vivante. Tu en avais assez de sentir que tu n’étais qu’un sujet de recherche pour les médecins. Tu pouvais vivre comme une personne normale l’instant d’une après-midi et tu allais en profiter. « Oui je me suis mise d'accord avec les dieux de la météo : c'était soit ils s'arrangeaient pour qu'on ai un magnifique soleil soit je m'occupais d'eux. Ils n'ont pas moufté ! » Tu avais le sourire en permanence sur ton visage. Cette journée ne pouvait pas être mauvaise. Tu allais passer le plus bel après-midi de ta vie et rien n’allait changer ça. Tu étais prête à passer sur le corps de tout ceux qui allait essayer de ruiner ton moment. « J’ai tellement hâte de sentir le soleil sur ma peau Poppy ! » Elle allait devoir quand même faire attention pour ne pas brûler puisque tu avais la peau d’un teint de porcelaine. Cela faisait tellement longtemps que tu n’avais pas prit de soleil que tu étais certaine que celle-ci allait rougir à la place de bronzer. Sauf que tu comptais prendre un peu de couleur quand même, même si celle-ci était rouge à la place de brune. Tu voulais juste te débarrasser du blanc quasiment transparent de ta peau. « Mais oui tu es parfaite comme ça ! Avec un peu de chance, tu te trouveras même un prince charmant aujourd'hui et on pourra vendre l'histoire à Disney et devenir riche. Qui sait ! » Tu te mis à rire. Un beau rire franc. Pas le genre de rire forcé que tu avais l’habitude de faire pour faire plaisir à ta sœur ou au personnel soignant et pour ne pas avoir à rencontrer un psychologue parce qu’ils avaient peur de te voir sombrer dans la dépression. Non, ce rire faisait plaisir à entendre. «J’aimerais bien me trouver un prétendant ! Et j’aimerais bien faire partit d’un Disney ! Mais fait moi plaisir, il n’est pas question de prononcer des mots qui ont rapport avec l’hôpital et ma maladie dès qu’on va sortir d’ici. » Puis, tu lui annonça que tu voulais aller chez la coiffeuse. Tu n’avais pas encore décidé si tu te faisais faire une teinture ou juste une coupe de cheveux, mais tu voulais changer de tête. Pour une fois que tu le pouvais sans avoir à demander un rendez-vous. Tu voulais être spontanée pour cette journée. Ce côté de ta vie te manquait énormément. « Bien sur on pourra y passer ! C'est un bonne idée. J'en profiterai pour me faire couper les pointes aussi. » Tu lui fis un sourire. Tu étais contente de passer ce moment avec ta sœur. Tu l’adorais plus que tout et tu lui étais reconnaissante de prendre du temps pour toi alors qu’elle pourrait avoir beaucoup plus à faire que d’être là, avec toi. Tu tournas la tête lorsque tu entendis cogné dans la fenêtre. Ton sourire s’élargit encore plus dans ton visage. « Prête princesse ? Je te préviens tout de suite, la femme de ménage a dû passer tout à l'heure et sa sent le citron dans tout le couloir. » Tu t’approchas de la porte, mis la main sur la poignée. «Ça ne peut pas être pire que l’odeur du désinfectant qu’ils utilisent dans cette chambre. » Tu tourna la poignée, ouvrit la porte et sortit dans le couloir. Puis, tu sentis le besoin de sortir de cet endroit le plus vite possible. Tu fit signe de la main aux infirmières qui étaient là et tu te mis à courir. Tu descendis les escaliers et poussa la porte de l’extérieur. Rendu dehors, tu t’arrêta, ferma les yeux et mit une grande respiration. Cela t’avait tellement manqué. Tu te baissa, enleva tes souliers et te dirigea directement sur le gazon. Tu aimais tellement la sensation du gazon sous tes pieds. Tu avais l’impression que ce n’était pas réelle, que tu n’étais pas vraiment là.
Revenir en haut Aller en bas
19.09.16 19:04




"It's a new day, it's a new life"


Vie comme si tu devais mourir demain, apprend comme si tu devais vivre toujours - Gandhi

Quand Roxane m'annonce qu'elle a hâte de sentir le soleil sur sa peau, je me rend compte que dans sa situation, un rien peu faire la différence. Nous, les autres, les personnes en général qui ne sont pas malades, quand on sort, on trouve toujours un petit quelque chose pour râler : "Il fait trop chaud aujourd'hui" ; "Y'en a marre de la pluie" ; et ceci et cela. Nous sommes toujours les premiers pour trouver du négatif partout et on en oublie parfois d'être redevable pour ce que nous pouvons accomplir chaque jours. J'ai deux jambes et deux bras qui fonctionnent ainsi qu'un cerveau alors je ne pense pas avoir de quoi me plaindre. Surtout quand je vois le sourire sur le visage de Roxane à l'idée de prendre un bain de soleil. "Tu devrais peut-être prendre de la crème quand même non ? Enfin les médecins n'ont rien dit par rapport à ça ? C'est peut-être mauvais une si forte exposition d'un coup il serait..." Je m'arrête aussitôt. Je fais toujours ça, je m'inquiète pour ma petite soeur. Et c'est comme ça depuis toute petite : je me souviens de passer dans sa chambre quand nous n'avions même pas 10 ans pour vérifier qu'aucuns monstres ne se trouvaient sous son lit ou dans son armoire. Mais ce n'est plus ma "petite" soeur maintenant, c'est une femme et je dois arrêter d'être toujours derrière elle. "Je me tais, promis !" Je lève la main droite : j'aurais sûrement cracher si nous n'avions pas été dans l'hôpital histoire de rendre les choses officielles. Dans sa chambre, je sens l'excitation de ma petite soeur : un inconnu se rendrait facilement compte qu'un événement important aller se passer. Quand elle me demande de ne pas dire un mot en rapport avec l'hôpital ou la maladie, je hoche vivement la tête pour acquiescer : "Mala quoi ? Hopital ? Connais pas !" dis-je avant d'ajouter : "C'est promis. Croix de boit, croix de fer, si je mens, j'vais en enfer." Cette journée était trop importante pour que j'embête Roxane avec sa maladie et puis de toute façon, elle se portait mieux non ? Bon, il fallait éviter les toilettes publiques mais dans l'ensemble elle pouvait aller partout. Et je compte bien l'emmener où elle voudra. Quand l'infirmière vient enfin nous chercher, je trépigne d'impatience à l'idée de pouvoir enfin sortir d'ici, de cet hôpital que je connais trop bien, en compagnie de la personne la plus important à mes yeux. Je n'ai pas eu le temps de dire ouf que Roxane avait filer comme une fusée, dévalant les escaliers pour se retrouver le plus vite possible dehors. Je ne pouvais m'empêcher de rire en la voyant, c'était comme les matins de Noël où nous pouvions enfin ouvrir les milliers de cadeaux qui étaient au pied du sapin. Quand j'arrive enfin dehors, quelques instants après elle, je la découvre les pieds dans l'herbe. Littéralement puisqu'elle avait enlevé ses chaussures. Sans hésitation, je retire les miennes et je viens vite la rejoindre : plus on est de fou et plus on ris. "Ca fait du bien alors ? D'être enfin dehors?" Je tourne le regard vers elle alors que ses yeux sont fermés. Je connais la réponse à cette question, évidemment que ça lui fait du bien. Mais j'ai envie de l'entendre de vive voix. J'ai beau cherché, je ne me souviens pas d'un moment où j'ai été si heureuse. Pour rien au monde je n'échangerai ma place ici en ce moment. "J'ai pris mon appareil photo, je veux immortaliser chaque moment de cette journée ! Hors de question de passer au travers." Et avant qu'elle ne rouvre ses yeux, j'avais déjà sorti l'appareil photo de mon sac à dos pour la prendre. Je pense que vider la carte mémoire était une excellente idée. Et les photos que je prends rapidement sont simplement magnifiques : on comprend en un coup d'oeil la joie que Roxane peut ressentir. Et pour une fois, je garderai mes photos uniquement pour moi, rien n'ira sur mon blog.


Code by Sleepy

----------------------------------------------------------------------



I'm taking my
time on my ride
Revenir en haut Aller en bas
02.10.16 17:53

Tu n’avais pas envie de te casser la tête. Tu sortais à l’extérieur et tu n’avais pas le goût de penser à la crème solaire, de faire attention pour te mettre du gel antibactérien lorsque tu touchais trop de truc ou bien avant de manger. Tu avais le goût de tout faire comme une personne normale, mais tu savais que tu devais prendre certaines précautions. Si tu ne faisais pas attention, tu risquais de ne plus pouvoir sortir. Tu ne voulais pas prendre le risque que ta maladie revienne en force. Surtout que les médecins ne comprenaient pas pourquoi tu avais pris du mieux alors ils ne pourraient pas te redonner les mêmes traitements, les mêmes médicaments pour que tu reprennes encore du mieux si tout allait mal… « Tu devrais peut-être prendre de la crème quand même non ? Enfin les médecins n'ont rien dit par rapport à ça ? C'est peut-être mauvais une si forte exposition d'un coup il serait... » Tu lui jeta un regard noir. Si elle commençait déjà à s’inquiéter pour toi, ça ne le ferait pas. Tu ne serais pas capable de décrocher et de penser à autre chose qu’à l’hôpital et la maladie. « Je me tais, promis ! » Tu te mis à rire. Elle avait très bien compris l’avertissement dans ton regard. Puis, tu fouillas dans le gros sac à bandoulière que tu avais pris comme sac à main. Tu en sortis une bouteille de crème solaire et trois bouteilles de gel antibactérien. « Ne t’inquiète pas, j’ai l’équipement qu’il me faut. » Tu voulais que ta sœur puisse s’amuser elle aussi pendant cette journée et qu’elle ne passe pas son temps à s’inquiéter pour toi. Tu ne serais pas capable d’en profiter puisque tu le verrais qu’elle s’inquiète… Lorsqu’elle te promit de ne pas parler de maladie, ton sourire pris encore plus d’ampleur. C’était si bon de pouvoir sortir… Lorsque l’infirmière te donna le ok, tu partis le plus vite possible loin de ta chambre. Tu n’en pouvais plus de passer ton temps à l’intérieur et tu voulais profiter le plus possible de l’extérieur, du soleil. Tu avais encore les yeux fermés, les pieds dans l’herbe lorsque tu entendis ta sœur te parler. « Ça fait du bien alors ? D'être enfin dehors? » Tu avais encore les yeux fermés. Tu écoutais attentivement le bruit, la brise sur ta peau, la chaleur des rayons sur ton visage. Poppy ne pouvait pas imaginer deux petites secondes comment tu étais heureuse à ce moment-là. «Tellement… Tu n’as aucune idée comment je suis bien… » Tu conservais les yeux fermés. C’était hors de question pour toi de les ouvrir pour l’instant. Tu te moquais bien de ce que les gens pouvaient penser de toi. Tu voulais juste pouvoir graver ce moment dans tes souvenirs. Tu ne savais pas quand tu pourrais ressortir alors tu te devais de profiter au max. « J'ai pris mon appareil photo, je veux immortaliser chaque moment de cette journée ! Hors de question de passer au travers. » Lorsque tu entendis déclencher l’appareil, tu ouvris les yeux et te retourna vers ta sœur. Tu n’aimais pas les appareils photo et tu savais que tu n’avais pas fière allure avec ton teint pâle, quasiment transparent. Tu avais un petit air angoisser. «Mais… Elles ne seront pas belles les photos… J’ai l’air d’un fantôme… » Puis, tu regarda autour de toi. Tu aurais aimé rester là, pied nu dans l’herbe, toute la journée, mais tu voulais aussi en profiter pour faire plein d’activité. «Bon, on commence par quoi ? » Tu avais trop d’idée, tu ne savais plus par où commencer.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 Page 1 sur 1


 

It's a new day, it's a new life


BREATH OF LIFE :: THE EMERALD CITY :: South End. :: Roosevelt. :: Harborview Med Center.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
         
Actuellement à Seattle
Le staff à ton service
La course aux affinités