AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Forum rpg situé à Seatte
 
Tu souhaites gagner des points pour ta team ? Pour cela...
TS Obsession (rec) + Bazzart'op (rec) + PRD TS (rec) + Bazzart (rec) + PRD (rec)
Les plus de bol

Un peu d'aide ?

Tu peux contacter les membres et le staff de bol en postant dans l'agence de tourisme où ils se feront une joie de t'aider à trouver le personnage de tes rêves. Sache que les liens se trouvant dans les recherches de liens peuvent également t'aider. Et il y a bien entendu les fameux scénarios attendus par nos supers membres qui pourraient bien te combler de bonheur.
Notre sélection de scénarios :

                 
 

 No more pains, no more lies, no more games {Jayllie} - SUITE

BREATH OF LIFE :: THE EMERALD CITY :: Belltown. :: Housings of Belltown.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
                                                                                          
le membre son message
11.06.16 0:05

Ellie Levy Jason Storm
No more pains, no more lies, no more games (suite)

   Statut +Privé.
   Lieu +Appartement d'Ellie.
   Date + 08 juin 2016.
   Moment + Soirée/Nuit
   Météo + Ciel dégagé
   Prévention -18 + Non
   Intervention du PNJ + Oui
   Si c'est un souhait, direction les demandes.
Breath of Life + Tous droits réservés.

----------------------------------------------------------------------

jason & ellie
make me feel like someone else you got me talkin' in my sleep. I don't wanna come back down, I don't wanna touch the ground. Pacific ocean dug so deep, hypnotic takin' over me
Revenir en haut Aller en bas
11.06.16 0:52

Début: http://breath-of-life.forumactif.fr/t1175-

Ellie Levy & Jason Storm
No more pains, no more lies, no more game♪♫


Nous sommes dans la voiture, bientôt arrivés chez elle et je ne décroche plus un mot. Ce n'est pas l'envie qui manque et d'ailleurs, je l'ai fait mais elle m'a fait plus ou moins comprendre que je devais éviter. Elle m'a dit qu'elle ne voulait pas être stressée au volant et je n'ai pas envie de l'énerver encore plus alors je fais ce qu'elle me dit, elle me répondait que par des simples oui, des simples non. Fort heureusement je n'ai pas engagé la discussion immédiatement, il vaut mieux faire ça chez elle de toute façon mais au moins je suis avec elle... Au moins elle ne m'a pas repoussé, elle a même accepté que je monte dans sa voiture, c'est plutôt bon signe non ? Et même si j'ai un tas de choses à lui dire, un tas de questions à lui poser je me retiens, du moins pour le moment. Alors je profite de ce moment pour réfléchir à ce que je vais bien pouvoir lui dire, je n'ai pas envie de tout gâcher encore une fois, uniquement parce que j'ai peur de dire les choses ou de mal m'exprimer mais je me sens terriblement mal, je m'en veux. J'ai l'impression de l'avoir abandonné et au fond, je sais que ce n'est pas qu'une impression, certes je ne le savais pas mais j'ai été idiot de ne pas l'avoir deviné... Je fixe alors mes mains même si je ne peux m'empêcher de lancer quelques regards dans sa direction, certains mots m'échappent presque mais non, je me retiens, c'est un coup à ce que j'arrive à l'énerver au volant chose que je ne souhaite pas du tout. Mais instinctivement mes yeux se baissent sur son ventre, on ne voit rien, elle doit certainement s'habiller en conséquence parce que son ventre, ce ventre bien arrondi que j'ai senti tout contre moi tout à l'heure, ce ventre de femme enceinte n'est pas encore visible. Je sais que je ne réalise pas ce qu'il se passe, tout s'est passé bien trop vite mais il va falloir que je le digère, Ellie, la femme dont je suis fou amoureux, attend mon enfant, moi Jason Ryan Storm, du haut de mes vingt-six ans, ce barman encore perdu et immature, maladroit qui a du mal à gérer correctement sa vie. Ce Jason, va devenir papa.

Ellie pousse la porte de son appartement, je n'ai pas encore décroché un mot, je n'ai pas osé et même si je la sens un peu plus calmée que tout à l'heure je vois qu'elle n'a pas décoléré autant que je le souhaiterais. Je la suis alors dans son appartement, un peu timidement parce que, encore une fois, je ne sais pas quoi faire, tout ce dont j'ai envie c'est de me cacher dans un trou de souris. Mais il est grand temps que je change tout ça, que j'arrête d'être ce type qui est totalement incapable de contrôler la situation à chaque fois que quelque chose ne fonctionne pas, c'est de cette façon que j'ai perdu Ellie, à cause de mon manque de confiance en moi. Tout aurait été tellement différent si je n'étais pas comme ça... À commencer par le début de notre relation, je l'ai fuis alors que je n'aurais pas dû, qu'est-ce que cela m'a apporté ? Des regrets, encore des regrets. Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autre, je l'ai laissé tranquille lorsqu'elle m'a fait comprendre que c'était définitivement fini entre nous, je l'ai cru, je l'ai cru lorsqu'elle m'a menti et m'a dit qu'elle n'était pas enceinte alors que j'aurais dû la rassurer, j'aurais dû lui dire ce que j'avais sur le coeur le soir du show. Oui, tout aurait été différent. Ellie brise enfin le silence en me disant qu'elle revient, je n'ai aucune idée d'où est-ce qu'elle va, j'ai bien envie de la suivre et de la questionner par peur qu'il s'agisse de ses nausées mais ç'a en a pas l'air et puis, je me dis que ce n'est pas le moment pour la contrarier. Alors elle part en direction de la cuisine, ou de la salle de bain, ou je ne sais pas. Je profite de cet instant pour sortir mon téléphone et composer le numéro de Doug, au bout de quelques secondes, je retombe sur la messagerie et je me sens soulagé, peut-être parce que c'est plus facile pour moi de lui laisser un message vocal plutôt que de l'avoir directement au téléphone « Salut Doug... C'est Jason. » commencé-je en m'avançant machinalement dans le salon, comme à chaque fois que je suis au téléphone en réalité. Je n'arrive pas à m'en empêcher. « J'ai eu une urgence, j'ai dû partir du Fantasia... » Est-ce que je lui expliquerais ? Je n'en sais rien, je ne sais même pas comment cette soirée va se terminer... Mais toujours en marchant dans le salon, mes yeux se pose sur un vêtement déposé sur le dossier du fauteuil, je m'approche alors avant de saisir mon pull, ce même pull qu'elle souhaitait me rendre, je n'ai pas voulu. Moi qui pensait ne jamais le revoir ou alors en mille morceaux devant ma porte... Mais me rendant compte que le message continue de s'enregistrer, je conclus rapidement « Je suis désolé... Je ne sais pas à quelle heure je vais rentrer. » Je raccroche aussitôt avant de saisir le pull des deux mains. Je viens alors m'installer sur le canapé et... Et je me sens de nouveau mal, c'est pas possible d'être aussi con, Jason...

Lorsque j'entends Ellie revenir, je m'empresse de déposer le vêtement à côté de moi, elle se trouve devant moi et je pose mon regard sur elle me sentant d'autant plus idiot. Cependant il va bien falloir que je me lance, alors je lui dis « J'ai.. prévenu Doug. » Je désigne mon téléphone avant de venir le poser sur la table. On sait jamais, si elle m'a entendu parler... Mais surtout, je ne sais pas par où commencer, j'ai tellement de questions à lui poser, tellement de choses à lui dire, tellement de choses à penser, je suis moi-même perdu, alors je commence simplement  « Je suis désolé... » Ma gorge se noue, c'est rien de le dire, je suis tellement tellement désolé pour ce que j'ai pu lui faire que mes mots ne vont même pas suffire. « J'aurais dû être présent depuis le début, je n'aurais pas dû te laisser me mentir, te laisser... m'éviter comme ça. M.. Mais je suis là maintenant. » C'est vrai ça, lorsqu'elle agissait bizarrement et qu'elle m'avait demandé de la laisser tranquille je l'ai laissé faire. Je l'ai laissé en espérant que tout allait s'arranger, que c'était la meilleure chose à faire puisqu'elle me le demandait mais ce n'était pas le cas. D'ailleurs, c'était certainement pour ça que ça n'allait plus, parce qu'elle avait des doutes sur une éventuelle grossesse ? Tout est encore flou dans ma tête, je ne suis même pas sûre de comprendre correctement les choses. Je ne la quitte pas des yeux, espérant silencieusement qu'elle lira la sincérité de mes propos dans mon regard, j'enchaîne aussitôt « Quand je me suis payé ce show privé Ellie, ce n'était pas uniquement pour en avoir le coeur net à propos de cette histoire. D'accord je devais te parler de ça mais... Je voulais te récupérer, je ferais n'importe quoi pour ça ! Et... » Je m'arrête, laissant un léger silence s'installer. Mais me rendant compte que j'ai déjà beaucoup trop fait de bêtises, je me lance enfin « Je voulais que tu me dises que c'était vrai. » Ma voix se casse presque, et sans la lâcher du regard je continue « Parce que... Même si c'est trop tôt, j'en suis conscient.. C'est avec toi que je voulais faire ma vie. Que je VEUX faire ma vie et avoir des enfants. Avec toi et personne d'autre. » Je marque une courte pause avant de continuer  « Je n'ai pas eu le courage de te dire ça... Je pensais que tu avais quelqu'un d'autre et je ne voulais pas te rendre mal. » En y repensant, c'est complètement idiot d'avoir gobé cette histoire.  « Parce que je ne veux que ton bonheur Ellie et si tu étais heureuse loin de moi... » Je n'ai pas le courage de terminer ma phrase, certainement parce que ça me brise le coeur mais pour le coup je vide mon sac et je dois avouer que dans un sens ça me fait un bien fou  « Je suis là maintenant Ellie, je le serai toujours. » J'ai envie de lui prendre la main à cet instant mais je me retiens, je ne suis même pas sûr que ça soit ce qu'elle souhaite entendre, oui parce que peut-être que tout avait changé entre nous parce que ses sentiments avaient changés et que cette grossesse n'a fait que la tourmenter encore plus, peut-être même qu'elle a réellement quelqu'un ce qui complique encore plus les choses mais pour une fois, je ne m'arrête pas à ça, ç'a causé beaucoup trop d'ennui jusqu'à présent alors je me contente d'être sincère et de lui dire ce que j'ai sur le coeur depuis tout ce temps « Je n'ai pas été le meilleur des petits amis, je n'ai pas su être là pour toi, pour... vous. Et j'en suis désolé, mais crois-moi je.. Ce n'est pas ce que je voulais. » Un noeud se forme au fond de ma gorge, parce qu'à cet instant, je me dis qu'en plus de ça, je risque d'être un mauvais père. Malgré tout, j'ai toujours voulu avoir des enfants mais jamais je n'avais pensé à ça, jamais je n'avais imaginé pouvoir être un mauvais père pour eux. Mais ce n'est pas vraiment le moment de penser à ça, pour le moment je veux juste qu'on parle et pour la première fois depuis notre rupture, on va pouvoir le faire. Je reste alors assis sur ce canapé, ne lâchant Ellie du regard à aucun moment.

----------------------------------------------------------------------

jason & ellie
make me feel like someone else you got me talkin' in my sleep. I don't wanna come back down, I don't wanna touch the ground. Pacific ocean dug so deep, hypnotic takin' over me
Revenir en haut Aller en bas
12.08.16 3:56

Ellie Levy & Jason Storm
No more pains, no more lies, no more game♪♫


Au moment où je m'apprêtais à quitter le Fantasia j'avais espéré, comme jamais, que Jay me retienne. La seule chose que j'avais trouvé à cet instant pour le lui montrer, c'était lui frôler la main. Et cette fois il avait compris. Il avait entendu mon appel. Depuis que je doute être enceinte j'ai plusieurs fois essayé de lui faire comprendre les choses. Absolument pas de la bonne manière, j'en suis consciente. Néanmoins j'avais essayé et chaque nouvel échec me brisait un peu plus, me faisait un peu plus craindre le futur aussi. Mais aujourd'hui il réagissait comme je l'espérais. Et ce que je ressens lorsque sa main entre en contact avec la mienne et qu'il s'en empare est si fort que je me fige. Des tonnes de sentiments se bousculent en moi et comme si ça ne suffisait pas, nos regards se croisent. Mon coeur bat la chamade et j'ai l'impression que plus que jamais, je ne maîtrise rien. Pourtant je n'arrive pas à me résoudre à détourner les yeux. Sans doute parce que  même si je suis toujours folle de rage, ce que je ressens à cet instant me fait du bien autant qu'il me fait peur... Quoiqu'il en soit Jay ne dit rien et on finit par quitter le Fantasia, ensemble. Main dans la main.

Sur le chemin vers la voiture je me rends compte que c'est la première fois. C'est la première fois que Jay et moi on s'affiche comme ça. Pas parce qu'on avait honte l'un de l'autre mais parce qu'on ne tenait pas à ce que notre relation se sache. Faut dire que sortir avec une stripteaseuse ce n'est pas forcément chose aisée... Surtout pas quand tu travailles dans le même bar. Cependant cette proximité me fait du bien et me rassure. J'ai l'impression de goûter au souvenir de notre amour. Mais ce moment réconfortant finit par avoir un goût amer à l'instant où je m'aperçois que tout cela appartient au passé et que ce n'est belle et bien qu'un souvenir. Alors quand Jason essaie de lancer la conversion, je reste muette. Et quand je me retrouve agacée par le fait qu'il insiste, craignant de devoir faire face à mes mensonges et mes mauvaises décisions, je lui lance un peu trop sèchement « Je dois me concentrer sur la route Jason. » Il semble comprendre même si je peux le voir plusieurs fois du coin de l’œil ouvrir la bouche pour aussitôt la refermer. Puis dès que j'en ai l'occasion mes yeux ne peuvent s'empêcher de fixer sa main posée sur sa cuisse. La mienne veut la rejoindre mais je me contente de tapoter des doigts sur le volant. Tant de choses qui m'angoissent. Que vais-je bien pouvoir lui dire ? Va-t'il pouvoir me pardonner de lui avoir cacher ma grossesse ? Ne va-t'il pas avoir l'impression que je l'ai fais derrière son dos ? J'ai peur de cette discussion qu'il semble attendre avec impatience. Parce que même si je la sais nécessaire, je sais qu'elle peut mettre un point final à notre relation ou du moins, à ce qu'il en reste...

Alors quand on arrive à l'appartement je dépose mes clés sur le plan de travail et je me presse de rejoindre la salle de bain, laissant Jay dans le hall. Je me souviens que la dernière fois que nous nous sommes retrouvés ici tous les deux, c'était le jour où on a rompu. Ou plutôt où j'ai rompu avec lui. Une de mes trop nombreuses erreurs... Je panique donc et me dis qu'il vaut mieux que j'aille me rafraîchir et tenter de reprendre mes esprits sans quoi je risque de faire un malaise. Arrivée dans cette dernière je me défais de mon gilet, me passe de l'eau sur le visage puis me scrutant dans le miroir je me répète « Ça va aller Ellie, ça va aller... » Bien entendu j'essaie de m'en convaincre même si je sais qu'il est vain. La seule chose qui pourra me rassurer ce sont le mots de Jay et pourtant je suis morte de peur de les entendre... Après quelques minutes je me sens un peu moins nauséeuse et me dis que rester enfermée ici ne résoudra rien. Je replace donc comme je peux mes mèches de cheveux, tapote sur mes joues afin de me défaire de ce teint de morte et le rejoins à nouveau.

Contrairement à mon habitude aucun mot n'arrive à sortir de ma gorge nouée. Mais fidèle à lui-même, Jay arrive à parler lui. Beaucoup. Peut-être même trop parce que je n'arrive pas à en placer une. Faut dire que je n'essaie pas vraiment puisque je reste paralysée, mes sentiments guidés par ses mots. Parfois l'envie de plaquer mes lèvres contre les siennes pour le faire taire et lui dire à quel point je l'aime me consume... Puis d'autres fois j'ai envie de lui hurler d'arrêter de se blâmer alors que je suis la seule coupable... Je me contente donc de ne rien faire de tout ça et continue de rester droite comme un piquet à l'écouter. Après quelques longues minutes à monologuer, il se retrouve à s'excuser de ne pas avoir été "le meilleur des petits amis". Et je ne sais pas ce qui est le pire pour moi à cet instant. De voir à quel point je l'ai fais souffrir ou de savoir que ce que je me dois de lui dire le fera sans doute tout autant souffrir et sans doute me fuir... Pourtant je sais à cet instant que je ne peux plus reculer et m'assoie donc face à lui avant de lui lancer « Tu as retrouvé ton pull à ce que je vois... » Je lui montre alors du regard le vêtement. « Désolée je t'avais dit que je te le rendrais mais je n'en ai pas eu la force. » Je sens les larmes me monter en me remémorant tout ce qu'il s'est passé depuis ce jour et tout ce que ce pull a pu partager avec moi. Beaucoup de cris, de pleurs. Me rappeler à quel point j'étais persuadée que ce que je faisais était justifié me donne envie d'hurler... A quel moment ai-je bien pu me dire que j'avais le droit de cacher à Jay qu'il allait être papa ? De lui cacher de quel genre de femme il était tombé amoureux ? Penser à tout cela me fait baisser les yeux mais je trouve à cet instant le courage de dire ce que je me dois de lui dire. «  Tu crois sérieusement que tu n'as pas été le meilleur des petits amis ? Et moi... Qu'est ce que je devrais dire Jay ?! » Je plonge mon regard dans ses yeux noisettes qui m'ont tant manqué et reprends  « Je t'ai menti, accusé à tort. Bien entendu que j'avais peur et c'était justifié. Mais je n'avais pas le droit de te cacher pendant tout ce temps que t'allais être papa sous prétexte que j'avais peur et que Jessica a le don de débarquer au mauvais moment ! » Je joue avec mes mains pour canaliser mes angoisses parce que je ne dois pas craquer. Pas maintenant... « Je... Je voudrais t'expliquer pourquoi je l'ai fait. Que tu saches enfin que je ne suis pas celle que tu crois et que je suis désolée que ce soit moi qui se retrouve à être la mère de ton enfant... » Je baisse à nouveau les yeux, me concentrant sur mes doigts qui s'agitent  « Mais j'ai peur Jason. Oui j'ai encore peur. Parce que même si tu me dis que tu es là maintenant. Même si tu me dis tout ce que je voulais t'entendre me dire lorsque tu t'es payé ce show, bah je sais qu'une fois que tu sauras, tu me quitteras... » Oui je le sais... Et j'ai peur. C'était plus simple de fuir, de ne pas lui laisser l'occasion de m'abandonner comme Nolan l'a fait...  

----------------------------------------------------------------------

Magnetic everything about you...
You do it to me so well, Hypnotic takin' over me. Make me feel like someone else. You got me talkin' in my sleep.  I don't wanna come back down. I don't wanna touch the ground. Pacific ocean dug so deep. Hypnotic takin' over me. ~ Jayllie.

Revenir en haut Aller en bas
01.09.16 18:21

Ellie Levy & Jason Storm
No more pains, no more lies, no more game♪♫


J'ai essayé de lui parler dans la voiture mais Ellie m'a très clairement fait comprendre qu'elle ne voulait pas, ou plutôt qu'elle se « concentrer sur la route ». Je n'avais pas envie de la brusquer même si pour le coup je voulais lui poser tout un tas de question, et lui dire toutes les choses que j'ai sur les cœurs depuis ces dernières semaines aussi mais je me retiens. Au moins, je peux réfléchir à ce que je peux lui dire sans dire de bêtises, je pense en avoir assez fait jusqu'à présent et j'ai déjà beaucoup de mal à me le pardonner, puis au moins ça me laisse le temps de digérer la nouvelle. Ellie est enceinte et s'il y a bien quelque chose que je n'ai pas vu venir, c'est bien ça... Bien évidemment quand Abby m'a parlé de ça j'y ai cru, ou plutôt je voulais y croire mais j'ai fini par me dire que ce n'était qu'un mensonge. C'est idiot quand j'y pense... Pourquoi sa meilleure amie m'aurait menti ? J'ai totalement merdé... J'ai laissé Ellie toute seule alors que j'aurais dû être là, j'aurais voulu être là. Et je parviens tout de même à rester calme, même lorsqu'on rentre dans son appartement et qu'elle quitte la pièce. J'en profite pour avertir Doug d'être parti de cette façon, c'est la moindre des choses après tout mais Ellie passe avant tout, Ellie passera toujours avant tout et je refuse qu'elle pense le contraire ne serait-ce qu'une seule seconde. Mais au téléphone mon regard se pose sur ce pull, mon pull, ou plutôt le sien maintenant. Mon cœur se resserre tandis qu'un tas de souvenirs me revient en tête mais je n'ai pas le temps de m'attarder là-dessus puisque Ellie revient de la salle de bain. Et même si j'ai réussi à ne pas parler jusqu'ici, au moment où j'ouvre la bouche pour m'excuser, je n'arrive tout simplement plus à m'arrêter. Je parle, je parle et je parle à tel point qu'elle n'arrive même pas à en placer une. En réalité j'ai peur de ses réponses mais en même temps je suis tellement soulagé de lui dire tout ce que j'ai sur le cœur, je ne sais même pas comment j'ai pu ne pas lui dire lors du show privé... Sachant que c'était la dernière fois qu'on se parlait, du moins, après avoir compris qu'entre nous c'était du passé. Cette pensée me brise le cœur.

Et après avoir terminé mon long monologue, cet énorme poid sur le cœur s'envole. Je n'ai aucune idée de ce qu'il va se passer, si j'ai réussi à la rassurer ou non mais au moins, c'est dit. J'ai même envie de souffler de soulagement mais j'avoue que le silence d'Ellie commence sérieusement à m'inquiéter, elle s'assoie donc en face de moi et reprend enfin la parole en me disant qu'apparemment, j'ai retrouvé mon pull. Je repose donc mon regard sur ce dernier, le prend même dans ma main tandis qu'elle continue en me disant qu'elle n'avait pas eu la force de me le rendre. Je baisse le regard, je lui avais bien dit que ce n'était plus le mien désormais, je ne savais même pas qu'elle l'avait gardé... Mais ce pull, c'est le sien et uniquement le sien. Je suis rassuré de savoir qu'elle l'a encore, qu'elle n'a pas jeté toutes mes affaires. Non pas parce que je souhaite les récupérer mais parce qu'au moins, je sais qu'elle tient encore à moi. Bien évidemment qu'elle tient à toi Jason... Sinon, vous en seriez pas là ! Mais avant que j'ai le temps de retrouver le courage de reprendre la parole, elle rebondit sur les miennes en me demandant si je pensais sérieusement ce que je disais et ce qu'elle devrait dire. Évidemment que je n'ai pas été le meilleur des petits amis, si j'avais réagi comme je le voulais on en serait pas là... Mon manque de confiance en moi et ma naïveté ont encore eu raison de moi, de nous. Je ne voulais plus refaire les mêmes erreurs avec Ellie et pourtant, j'ai trouvé un moyen de la perdre. J'aurais certainement baissé les yeux si elle n'avait pas plongé son regard dans le mien, je me sens comme hypnotisé. Et là je n'ai qu'une seule envie : l'embrasser. À tel point que ça m'en démange, je pense même avoir jeté un rapide regard sur ses lèvres mais je me reprends vite. Cette femme a le don de me rendre faible, je ne sais pas comment elle s'y prend mais je suis éperdument amoureux d'elle.  Elle continue cette fois en me disant qu'elle m'avait menti, accusé à tort et que même si elle avait peur et que c'était justifié elle n'aurait pas dû me cacher que j'allais être père, et surtout pas parce que Jessica a le don de débarquer au mauvais moment. Je ne suis pas totalement d'accord avec ça, elle avait peur, j'aurais dû le comprendre, être là pour elle et je n'ai aucune envie qu'elle culpabilise... Mais au moins, elle m'a dit que Jessica avait débarqué au mauvais moment. Elle sait qu'il ne se passe plus rien entre nous et que c'est elle que j'aime. Je voulais absolument qu'elle soit sûre de ça, qu'elle n'en doute jamais.

Elle est toujours assise en face de moi, mon regard se baisse alors sur ses mains qui jouent nerveusement entre elles. Je fronce alors les sourcils, un peu inquiet et j'ai de quoi l'être apparemment puisqu'elle m'avoue qu'elle voudrait m'expliquer pourquoi j'ai fait ça. Mais lorsqu'elle me dit être désolé que ça soit elle qui se retrouve à être la mère de mon enfant, je crois bien que mon sang ne fait qu'un tour. « Eh... » Je tente de répliquer oui mais elle baisse le regard et ajoute vite, tout en agitant ses doigts, qu'elle a peur. Peur que je la quitte après m'avoir dit ce qu'elle me cachait... Et là, un tas de questions me vient en tête. Qu'est-ce qu'elle a de si important à me dire ? Elle a peur que je la quitte, alors est-ce vraiment totalement fini entre nous ? Et puis... Merde ! J'en ai marre, et je vais agir comme je le sens. Ce que j'aurais du faire depuis le début. Alors je ne me pose plus aucune question, c'est terminé. Je lâche le pull qui reste sur mes jambes pour venir lui attraper les mains qui s'agitent beaucoup trop à mon goût, avant tout pour tenter de la calmer mais aussi pour lui montrer que je suis là. Mais lorsque je le fais, mes mains frôlent son petit ventre. Je ne l'ai jamais réellement touché depuis et honnêtement, ne plus pouvoir toucher Ellie a été la pire chose pour moi. Il n'y a pas une seule journée ou une seule nuit que j'ai passé sans vouloir la serrer contre moi, caresser ses cheveux qui me manquent énormément, lui prendre la main, l'embrasser... Alors oui, la seule et unique fois où j'ai touché son ventre, c'était lorsque je l'ai prise dans mes bras pour la calmer. Et de nouveau lorsque mes doigts passent à quelques millimètres de ce dernier, j'ai envie de la serrer contre moi. Elle et notre bébé. « Écoute moi, Ellie. » Je plonge mon regard dans le sien, tentant par la même occasion de lui faire comprendre que je suis sincère et qu'il faut qu'elle arrête d'avoir peur. « Tu seras d'accord avec moi pour dire qu'il ne faut plus qu'on se cache les choses... » Je resserre un peu plus ma main dans la sienne avant d'ajouter « Et ne dis pas que tu es désolé que ça soit toi qui se retrouve à être la mère de mon enfant. » Je marque une courte pause puis reprend aussitôt « … De notre enfant. » Oui c'est la première fois que je le dis et sans mentir, ça me fait quelque chose. Mais je n'ai pas le temps de rester focalisé là-dessus, je dois surtout essayer de la rassurer. « Parce que c'est faux, d'accord ? Je suis amoureux de toi, ma vie c'est avec toi que je veux la faire. Je te le répéterais des centaines de fois s'il le faut. » Oui c'est avec Ellie et uniquement Ellie, personne d'autre. « Alors dis-moi s'il te plaît... » Mais je suis inquiet pour elle, très inquiet et j'ai besoin de savoir. Je n'ai aucune idée de ce qu'elle veut m'annoncer... Vraiment aucune mais en même temps je m'attends à beaucoup de choses. Pourtant dans tous les cas, je ne me vois pas la quitter. Pas du tout même. Je me mets alors à caresser doucement sa main et j'ajoute « Alors oui je suis là maintenant... » De mon autre main libre, je relève sa tête afin de plonger mon regard dans le sien. « Mais je le serai aussi ensuite. » Je ferais n'importe quoi pour elle, vraiment, mais on ne doit plus rien se cacher... Parle moi Ellie, s'il te plait. J'ai besoin de savoir.

----------------------------------------------------------------------

jason & ellie
make me feel like someone else you got me talkin' in my sleep. I don't wanna come back down, I don't wanna touch the ground. Pacific ocean dug so deep, hypnotic takin' over me
Revenir en haut Aller en bas
03.09.16 4:13

Ellie Levy & Jason Storm
No more pains, no more lies, no more game♪♫


Après avoir vidé mon sac Jason se rapproche de moi et en tentant d'attraper mes mains ses doigts frôlent mon ventre. Ce contact m'électrise comme ça a été le cas au Fantasia. Est-ce parce que je suis enceinte ? Je ne me rappelle pas que du temps où je ne l'étais pas ça me faisait un tel effet. Quoiqu'il en soit il essaie de me rassurer, m'explique qu'il va être là. Autant par ses mots que ses gestes et même si je suis toujours pleine d'angoisse, Jay arrive à m'apaiser. Ou au moins me faire me sentir comme si tout était possible. Y compris qu'on ait droit au bonheur qu'on mérite, ensemble. D'ailleurs c'est encore plus le cas lorsqu'il insiste sur le fait que c'est notre enfant. Notre enfant, à lui et à moi, à nous. Je comprends alors à quel point j'avais besoin qu'il le sache à cet instant et regrette encore plus de le lui avoir caché. Néanmoins je continue de l'écouter avec attention m'assurer qu'il me répétera des centaines de fois qu'il est amoureux de moi et que c'est avec moi qu'il veut faire sa vie s'il le faut. Il me dit même qu'il est là tout en me caressant la main. Tant de choses que j'ai besoin d'entendre. Mais c'est au moment où il dépose ses doigts sous mon menton afin de relever mon visage et que nos regards se croisent avant de m'assurer qu'il sera là également une fois que je lui aurais dit ce que j'ai à lui dire, que je trouve enfin le courage nécessaire pour lui dire les choses. Au début je tente me défiler comme chaque fois je le fais et approche mon visage du sien, mes lèvres brûlant d'envie de l'embrasser. Mais je m'aperçois très vite que c'est injuste de le faire et de faire quoique ce soit avant qu'il sache tout. Absolument tout. Et comme j'ai peur que cette once de courage me quitte aussitôt mes peurs revenues au galop, je lui lance de but en blanc, mes lèvres à quelques centimètres à peine des siennes. « J'ai un enfant. » Maintenant que c'est dit, je sais que je ne peux plus reculer. Je vais devoir m'expliquer et après avoir marqué une courte pause durant laquelle j'ai remis de la distance entre nous pour lui dire correctement les choses, je reprends donc « Pas celui que je porte, le notre. » Le dire à mon tour me fait aussi quelque chose mais je ne peux me permettre d'y prêter plus attention alors j'ajoute « J'ai eu un fils il y a quelques années. Mais j'avais 17 ans, pas de situation comme tu peux t'en douter vue mon âge et ce qui explique ma réaction... Bah le papa m'a abandonné. Nous a abandonné. » Je déglutis en repensant à tout ça mais tente de retenir mes larmes parce que je veux tout sauf qu'il prenne pitié.  « On était amoureux, un premier amour de jeunesse en tout cas. Mais le souci c'est que ses parents ont sans doute pensé qu'il valait mieux pour leur fils d'aller dans une école prestigieuse plutôt que d'élever son enfant afin de le faire devenir un homme alors il est parti après m'avoir pourtant promis qu'il était là pour moi mais surtout pour nous. » Une larme commence à couler le long de ma joue mais je continue d'essayer de garder le contrôle pour finir ce que j'ai à lui dire. «  Alors oui je sais que tu n'es pas lui Jason. Je sais que la situation est différente, que tu n'as pas le même âge. Mais j'ai eu peur. Peur que tu te sentes obligé d'assumer alors que tu n'en voulais pas. Pas avec moi peut-être. J'ai eu peur de t'enfermer dans une vie dont tu n'avais pas envie. Peur que tu te sentes obligé de me dire des choses sous prétexte que c'était la chose à faire comme il l'a fait quand il a su que j'étais enceinte alors je ne t'ai rien dis... » Et parce que je veux qu'il sache tout, vraiment tout, j'ajoute la gorge serrée après avoir essuyé les larmes qui ont coulé sans que je ne puisse plus les retenir. «  Mais le pire dans tout ça ? C'est surtout que J'AI abandonné mon enfant. Je l'ai donné à des inconnus que je n'ai même pas pris la peine de choisir. J'ai confié ma chair et mon sang à des gens dont je ne connaissais rien sous prétexte que j'étais seule. Mais lui il avait besoin de moi. Il avait besoin de sa maman. Et je l'ai abandonné alors que c'est ce que je reprochais à Nolan de nous faire... Du coup quand j'ai appris que j'allais devenir maman, avant d'avoir peur de ta réaction j'ai surtout eu peur de la mienne. Étais-je prête à devenir maman alors que j'ai abandonné mon fils ? Est-ce que je le méritais seulement ? Et te dire qu'on allait avoir un enfant ça revenait à devoir faire face à tout ça... » Je suis en sanglots et même si je tente vainement de retrouver le contrôle je comprends très vite que de toute manière rien ne sert de m'arrêter sous prétexte que je n'arrive ni à me calmer, ni à m'arrêter, je lance donc derechef. « Assumer mes erreurs ça n'a jamais été un problème,  quand il a fallut te parler de mon passé avec l'alcool et tout ça, je l'ai fais. Mais comment je pouvais assumer une erreur, la plus grosse erreur de ma vie, alors que je ne me la suis toujours pas pardonnée ? Comment je pouvais t'en parler alors que j'ai l'impression d'être la pire personne au monde quand je pense à lui. » Je plonge mon regard dans celui de Jay et même si je ne veux pas lui faire pitié c'est me sentant mise à nue comme jamais que je lui avoue le cœur déchiré. « Je ne me souviens même plus du son de son premier cri. Je ne me souviens même plus de la première fois où j'ai posé les yeux sur lui Jason. Sur mon fils... Tu te rends compte ? Petit à petit, ça a finit par s'effacer de ma mémoire, sans doute à cause de mes conneries mais ça fait de moi quelle mère ? T'as vraiment envie que la mère de ton enfant soit le genre de mère qui oublie ces choses ? Des choses qui pourtant sont les seules choses qu'il me restait de lui... » Je commence à paniquer si bien que c'est avec l'impression de manquer d'air que je lui dis  «  Je n'ai plus rien de mon fils. Plus rien. Je l'ai abandonné. Effacé. Comme si il n'était rien alors qu'il méritait d'être tout. » Mais maintenant que c'est dit je me dis qu'il faut que je me calme pour lui dire le plus important du moins la raison pour laquelle je lui dis tout ça. Je reprends donc une grande inspiration, non sans difficulté puis lui confie « Mais quoiqu'il en soit je ne veux pas faire les mêmes erreurs avec cet enfant. Alors si tu ne te sens pas d'assumer sache qu'avec ou sans toi, je m'en occuperais. Je me sens prête. Alors si tu veux partir. Tu peux partir et je ne t'en voudrais pas comme j'en ai voulu à Nolan... » Et même si ça me brise le cœur de devoir lui dire de telles choses je précise malgré tout. « Et si au contraire tu veux t'occuper de notre enfant mais que tu ne veux pas le faire avec moi ou du moins pas à mes côtés, sache que je le comprendrais. Tu n'es forcé à rien. Tout ce que je te demande c'est de ne pas essayer de me l'enlever parce que c'est MON enfant. Je suis SA mère et je refuse que quoique ce soit ni qui que ce soit me l'enlève. C'est moi sa maman et il a besoin de moi. » Par instinct je pose ma main sur mon ventre, mon regard brouillé par les larmes toujours plongé dans le sien et je réalise à cet instant quelque chose d'important : je vais être maman mais surtout je veux être maman.   

----------------------------------------------------------------------

Magnetic everything about you...
You do it to me so well, Hypnotic takin' over me. Make me feel like someone else. You got me talkin' in my sleep.  I don't wanna come back down. I don't wanna touch the ground. Pacific ocean dug so deep. Hypnotic takin' over me. ~ Jayllie.

Revenir en haut Aller en bas
04.09.16 22:32

Ellie Levy & Jason Storm
No more pains, no more lies, no more game♪♫


Ma main dans la sienne, j'observe Ellie qui se rapproche de moi. Mon cœur se resserre et l'envie de prendre possession de ses lèvres est bien trop forte, pourtant je n'en fais rien, pensant certainement qu'elle le ferait. Oui je crois dur comme fer qu'elle va m'embrasser dans les secondes qui viennent, c'est tout ce dont j'ai besoin, tout ce dont j'ai envie. Ellie, rien qu'Ellie. Mes yeux se ferment doucement, ils sont clos, un court instant. Il y a beaucoup trop d'informations à enregistrer, la grossesse d'Ellie, le fait que je ne l'ai peut-être pas définitivement perdu et puis ce qu'elle à me dire. Quelque chose qui d'après elle pourrait me faire fuir, j'ai besoin de savoir. On ne doit plus rien se cacher, ce n'est plus possible. Ses lèvres se rapprochent. Laisse moi juste t'embrasser Ellie, juste un baiser, qui te prouverait lui aussi que je ne t'abandonnerais jamais, que je suis fou amoureux de toi. Nos lèvres se trouvent plus qu'à quelques centimètres les unes des autres, et alors que je m'attends à retrouver ces lèvres qui m'ont tant manqué, cette sensation dont je suis complètement accroc. Je baisse mon regard vers ses lèvres qui m'appellent comme jamais elles ne m'ont appelé, et pourtant, lorsqu'elle reprend la parole, elle m'avoue enfin « J'ai un enfant. ».

Elle a un enfant ? Et même si elle ne tarde pas à me préciser qu'elle ne parle pas du notre, au fond de moi, je le savais très bien. Je fronce quelques peu les sourcils, j'ai besoin d'explications là... Qu'est-ce que ça veut dire ? Si elle a réellement un enfant, comment est-ce qu'elle a pu me le cacher ? « Tu... » Je commence ma phrase sans vraiment la terminer, tout simplement parce que je ne sais même pas quelle question lui poser, il y en a tellement. Et puis quant bien même je n'ai pas le temps puisqu'elle reprend aussitôt la parole en me disant qu'elle a eu un fils il y a quelques années, elle n'avait que 17 ans et donc pas de situation. Le papa n'a pas assumé. Je me sens perdu, littéralement. Je m'attendais à énormément de choses mais pas ça, pas ça du tout. Ellie a eu un fils qu'elle a donc élevé seule ? Mon visage se décompose aussitôt, beaucoup trop perdu pour réagir, pour dire quoi que ce soit, pour me rendre compte de la situation, peut-être. Mais Ellie ne s'arrête pas là puisqu'elle continue en me disant cette fois que les parents de ce fameux papa voulaient certainement qu'ils fassent de grandes études plutôt que d'élever son enfant, et malgré la promesse qui lui avait faite, il est parti. Rien n'est clair encore mais je sais qu'elle a souffert, si seulement je savais à quel point... Je la quitte quelques secondes du regard, dans le but de me reprendre, d'essayer de comprendre, de l'aider. Ellie ajoute que je ne suis pas lui et qu'elle le sait, la situation est différente, je n'ai pas le même âge mais surtout, qu'elle a eu peur. Elle a eu peur que je me sente comme qui dirait forcé de l'assumer. Qu'elle a peur de m'enfermer dans une vie dont je n'ai pas envie, donc elle ne m'a rien dit. J'ai bien envie de la rassurer de nouveau, mais je me sens incapable de dire quoi que ce soit et bizarrement, je sens que je ferais mieux de ne pas réagir puisqu'elle n'a pas fini de vider son sac. Et c'est là qu'elle m'avoue enfin « le pire ». Elle me dit qu'elle a abandonné son fils. Elle l'a donné à des inconnus parce qu'elle était seule et complètement perdue. Ses larmes coulent le long de ses joues et moi ? J'ai l'impression que mon cœur vient littéralement d'exploser en mille morceaux. Voir Ellie dans cet état et me sentir si inutile, impuissant est une véritable torture. Ma main se pose alors sur sa cuisse, encore un geste qui pourrait lui prouver que je suis là, je me sens comme incapable de la lâcher. Et puis elle continue, m'avouant que son fils avait besoin de sa maman et qu'elle pense l'avoir abandonné. Donc oui, pour en revenir à nous, elle a vraiment paniqué. Ellie est littéralement en sanglots, j'ai le cœur déchiré de la voir comme ça. J'aimerais tellement pouvoir l'aider, la prendre dans mes bras et lui dire que tout ira bien. Que je suis là, que je vais faire mon possible pour la rendre heureuse parce qu'elle mérite de l'être. Mais encore une fois je n'ai pas le temps de réagir qu'elle continue son monologue, je l'écoute attentivement même si, à chaque parole qu'elle prononce, j'ai de plus en plus envie de la serrer contre moi. Elle me dit qu'elle a cette impression horrible d'être la pire des personnes quand elle pense à lui, lorsqu'elle plonge son regard dans le mien, une nouvelle fois, mon cœur se brise. Elle m'avoue cette fois qu'elle ne se souvient même plus de son premier cri, de la première fois où elle a posé son regard sur lui. Que tout cela a fini par s'effacer. Et qui pourtant, étaient les seules choses qui lui restaient de lui. Ma main vient alors essayer ses quelques larmes, je suis censé l'écouter et c'est exactement ce que je suis en train de faire mais je ne peux pas m'en empêcher, si je ne peux pas la rassurer par mes mots, je le ferais par mes gestes. Mes doigts caressent même sa joue mais ça ne la calme pas. Elle en vient alors au sujet du bébé, de notre bébé. Me disant qu'elle ne compte pas refaire les mêmes « erreurs » avec cet enfant. M'avertissant même que si je ne me sentais pas d'assumer, elle s'en occuperait, avec ou sans moi. J'ai bien envie de l'arrêter et de lui dire de chasser ces idées qui sont totalement fausses de son esprit mais je ne peux pas. Elle me dit que je peux partir si je le souhaite, qu'elle ne m'en voudrait pas ou si au contraire je voulais l'assumer mais pas à ses côtés, elle ne m'en voudrait pas non plus. Je ne suis forcé à rien, mais elle me demande de ne pas essayer de le lui enlever, parce qu'il s'agit de son enfant et qu'elle est sa mère. Que ce bébé, aura besoin d'elle. Elle dépose alors sa main sur ventre, mon regard se baisse, observant ce geste et me rendant compte qu'elle a terminé. Je ne sais pas si elle se sent soulagé ou si au contraire, parler lui a fait plus de mal qu'autre chose mais là, c'est à moi de parler, de l'aider, d'être là pour elle.

Un silence beaucoup trop long à mon goût s'est installé, j'ai bien du mal à me rendre compte de ce qu'il se passe mais j'essaye. Ellie est rongée par la culpabilité, j'ai horreur de ça, je ne veux pas. Tout ce que je veux c'est son bonheur, alors je reprends enfin la parole. « Ellie... » commencé-je simplement, plongeant mon regard dans le sien, j'ajoute rapidement « Ce n'est pas de ta faute. » Non ça ne l'est pas, et bien que je sais pertinemment qu'elle pense et me dira le contraire, je continue. « Tu étais jeune, seule, perdue et sans situation. Tu ne pouvais pas. Tu as fait ce que tu jugeais bon pour lui, tu n'as pas à t'en vouloir. » Je pense sincèrement ce que je lui dis, elle ne pouvait tout simplement pas... Comment aurait-elle pu gérer un bébé à cet âge et dans ces circonstances ? « Avoir un bébé, ça engendre beaucoup de temps, de responsabilités, d'argents. » Et c'est toujours mon regard plongé dans le sien, que je viens essuyer une nouvelle larme qui coule le long de sa joue. « Ma mère m'a eu alors qu'elle n'avait que 18 ans sauf que mon père était présent, elle avait les moyens financiers, sa famille. Et malgré tout ça, ça a tout de même été très difficile. » Pour être tout à fait honnête, je ne sais même pas si elle m'aurait gardé sans tout ça. Pourtant ma mère m'aime énormément et je le sais bien, mais je sais également que ça a été difficile pour eux. Je finis par venir attraper ses deux mains, toujours sans la lâcher ne serait-ce qu'une seule seconde du regard « Et tu n'es pas la pire personne au monde. D'accord ? » Oui car je refuse qu'elle se sente comme ça, je ne veux pas. « Tu ferais n'importe quoi pour ta sœur, tu as accepté de travailler au Fantasia pour subvenir à ses besoins. Tu te rends compte ? Je doute que beaucoup aurait fait comme toi... » Mais très vite, j'enchaîne « Et moi ? » Me doutant qu'elle ne comprendra certainement pas tout de suite où je veux en venir, je m'explique. « Tu as vu dans quel état tu m'as récupéré ? Les gens profitaient de ma naïveté, on m'a fait passé pour un violeur, on m'a drogué, on se fichait de moi, on me faisait du mal. J'ai cru ne jamais pouvoir être heureux... Avant toi. » Oui j'ai beau être encore naïf je sais qu'être en couple avec Ellie me change. Je n'ai pas réellement confiance en moi encore, mais lorsqu'on passait tous ces moments tous les deux, je ne me posais même pas la question. « Tu me rends heureux. Tu NOUS rends heureux. Tu ne te rends certainement pas compte de tout ce que tu fais pour nous... Et là... Je vais être papa. » Ellie est une personne juste formidable et je suis prêt à lui prouver. Et oui même si ce n'était pas prévu, même si ça me fait peur, être papa a toujours fait partie de mes rêves les plus chers. Et devenir parents avec Ellie, je ne pouvais pas rêver mieux. « Tu n'avais pas réellement le choix Ellie, et... Je veux dire, peut-être que tu peux essayer de le retrouver. Et je t'aiderai pour ça. » Je suis prêt à l'aider, je ferai tout pour qu'elle se sente bien. Absolument tout. « Et ce bébé... Notre bébé. » dis-je en déposant ma main sur son ventre. C'est la première fois que je le fais et d'ailleurs je suis quelque peu perturbé, pas dans le mauvais sens du terme bien au contraire, mais oui ça me fait quelque chose. D'où le silence que j'installe mais très vite je me reprends « On s'en occupera. Tous les deux. » Un fin sourire se dessine sur mes lèvres bien que mon coeur reste brisé par tout ce que je viens d'entendre, je me dis que ça lui fera du bien. Que chaque parole, chaque geste, chaque petit sourire l'aidera.   « Et on sera de bons parents pour lui. » Je ne pense pas pouvoir être le plus doué de tous les papas, bien au contraire, mais je sais m'occuper d'un enfant, et on va l'aimer, très fort. Alors oui, Ellie et moi allons être de bons parents.

Après ça je me lève, attrapant une de ses mains afin de l'amener près de moi. Je la serre enfin tout contre moi, sentant de nouveau son petit ventre caresser le mien, je ferme les yeux un court instant et lui chuchote une nouvelle fois ces quelques mots « Je suis là, et je le serai toujours. » Je n'aime pas la voir dans cet état, pas du tout. S'il y a bien une personne que je souhaite voir heureuse, c'est ma Ellie, et après quelques secondes je finis par me détacher d'elle afin de plonger mon regard dans le sien, ma main venant caresser sa joue, je termine « Tu ne seras plus seule maintenant, c'est promis. » Oui car même si elle était prête à s'en occuper seule, je n'ai pas envie qu'elle se mette ce genre d'idées en tête, le temps que je serai en vie, moi Jason Storm, sera toujours là pour cette femme qui fait battre mon coeur qui a été de trop nombreuses fois brisés. Ellie est la bonne personne et nous sommes fait pour être ensemble, j'en suis persuadé. Ma main se glissant dans sa nuque, c'est sans aucune hésitation que j'approche mon visage du sien, déposant mes lèvres sur les siennes. Je me sens revivre, littéralement. Elle m'a beaucoup trop manqué, et elle doit le sentir car rare sont les fois où je l'ai embrassé comme ça. Notre baiser devient très vite langoureux, je ne peux détacher mes lèvres des siennes. Ellie est la femme de ma vie, je le sais, je ferai tout mon possible pour qu'elle soit heureuse, pour qu'on soit heureux tous les trois, pour lui prouver que je serai là, que je l'aime comme un fou. Nous allons devenir parents. Je vais fonder une famille avec ma Ellie.

----------------------------------------------------------------------

jason & ellie
make me feel like someone else you got me talkin' in my sleep. I don't wanna come back down, I don't wanna touch the ground. Pacific ocean dug so deep, hypnotic takin' over me
Revenir en haut Aller en bas
17.09.16 1:42

Ellie Levy & Jason Storm
No more pains, no more lies, no more games. ♪♫


Vider mon sac comme je venais de le faire ce n'était pas prévu. En arrivant au Fantasia pour annoncer ma démission à Doug je n'imaginais pas un seul instant me retrouver à annoncer à Jay qu'il allait être papa et encore moins lui confier que j'avais un fils dont je ne m'étais jamais occupée et que le manque mais aussi la culpabilité me rongeaient depuis des années. Mais contre toute attente à peine ai-je terminé que je me sens libérée. Je ne suis pas dans ma meilleure forme parce que bien entendu j'ai peur de comment il va réagir mais un poids que j'avais sur l'estomac depuis des mois m'a enfin quitté. Oui ça m'a fait un grand bien, oui j'en avais besoin. Après tout les seules personnes qui savaient pour Seth étaient Jenny puisqu'elle était là à l'époque et Abby puisque je lui avais confié tout ça au fil de notre amitié. Mais il m'avait fallut du temps, énormément de temps. Puis surtout il avait fallut que je sois au fond du gouffre et qu'elle soit d'un soutien sans pareil pour que je lui accorde ma confiance. Et quelque part je pense que dès l'instant où je me suis aperçue être amoureuse de Jay, j'ai mal vécut le fait de devoir lui mentir. Bien entendu ce n'était pas réellement un mensonge puisqu'il ne m'avait jamais posé de questions à ce sujet. Néanmoins omettre de lui dire la vérité était tout comme pour moi. Surtout après que lui se soit confié à moi concernant ses anciennes relations plus compliquées les unes que les autres ou sur l'histoire de son père. Quoiqu'il en soit, avec Jay ça a toujours été différent et même si ça fait tout juste un an que je le connais et un peu moins que nous avons commencé à nous fréquenter, bah j'ai confiance en lui. Alors oui c'est compliqué d'aborder tout ça. Bien entendu ma plus grande crainte est qu'il se dise que je l'ai trompé durant tout ce temps, qu'il avait complètement faux sur la personne qu'il pensait que j'étais et surtout qu'il essaie de m'enlever le droit de m'occuper de l'enfant que nous allons avoir sous prétexte que j'ai déjà fait maintes erreurs avec mon fils. Il n'empêche que malgré tout ça et surtout malgré l'état dans lequel ça m'a mise, ça a été plutôt aisé pour moi de lui confier tout ça parce qu'au fond de moi je sais et j'ai toujours su que je pouvais avoir confiance en Jason. Dès l'instant où j'ai posé mes yeux sur ce beau brun timide qui se cachait toujours derrière le bar et rougissait dès qu'une fille l'approchait j'ai su qu'il était différent et qu'il allait changer ma vie. C'était sans doute la raison pour laquelle j'étais autant attirée par lui. Et je ne me suis pas trompée puisque c'est grâce à Jay que j'ai réussi à faire de nouveau confiance à un homme et que j'ai appris qu'être aimée n'était pas synonyme de souffrance. Puis surtout c'est grâce à lui que je vais à nouveau devenir maman, grâce à lui que j'accepte l'idée que malgré Seth j'ai le droit de le devenir et je peux même être une bonne maman. Oui Jay a chamboulé ma vie et après m'être ainsi livrée à lui j'espère qu'il comprendra ma situation et surtout pourquoi je lui ai caché tant de choses sur moi. A commencer par ma grossesse.  

Et c'est quelque part à moitié surprise que je l'écoute me dire que ce n'est pas de ma faute. De toute manière dès l'instant où il a posé son regard dans le mien j'ai compris que je n'avais plus à m'inquiéter. Je ne m'étais pas trompée sur Jay et j'avais bien fait de m'ouvrir à lui. Parce que j'en avais besoin. Mais aussi parce qu'il en avait besoin. Il me rassure alors et je m'aperçois alors qu'à aucun moment il ne ressent de la pitié pour moi. Il comprend juste et ça c'est tout ce dont j'avais besoin.  Jay a presque toujours les réactions qu'il faut avec moi, comment ai-je pu penser qu'il pouvait en être autrement et ainsi m'enfoncer dans mes secrets ? Comment ai-je pu autant me voilà la face sur l'homme que j'aime ? A cet instant une larme coule le long de ma joue et il l'essuie. Je sens à ce moment le calme revenir en moi. Et plus encore lorsqu'il s'empare de mes mains son regard plongé dans le mien. Je le regarde, les yeux encore humides mais le cœur rassuré. Pourquoi cet homme est-il aussi parfait ? Pourquoi suis-je tombée sur lui ? Pourquoi moi ? Je l'écoute toujours avec attention bien que dans ma tête je me demande si c'était le destin ou alors un coup de pouce de mes parents. Après tout la dernière discussion que mon père et moi avons eu était à propos du fait que tous les hommes n'étaient pas comme Nolan et Gabriel et qu'il était certain que je trouverais un homme aussi beau, intelligent et parfait que lui. Ce qui n'était absolument pas faux puisqu'il était là, devant moi. A m'expliquer que je ne suis pas une horrible personne comme mon père l'avait également fait ce jour. Il finit d'ailleurs par me l'affirme me lançant un d'accord auquel je réponds par un simple hochement de tête. Puis après ça Jay me fait alors remarquer tout ce que j'ai fait pour Jenny et aussitôt mon regard se fait fuyant. Jamais je ne regretterais d'avoir été strip parce que je n'avais pas d'autres solutions et que ça m'a fait rencontré Jason, néanmoins je suis toujours mal à l'aise quand on aborde le sujet. Pas pour ce que j'ai fais, juste que je n'aime pas me vanter d'avoir fait ça pour ma petite sœur comme si ça faisait de moi quelqu'un de bien. Puis aussi parce que Jenny n'en sait toujours rien et que je sais que ça la ferait culpabiliser. Heureusement pour moi il enchaîne en me disant que lui aussi je l'ai aidé et il m'avoue même qu'il ne croyait pas pouvoir être heureux avant moi. Ses paroles font écho en moi puisque je ressens la même chose mais surtout ça me touche qu'il pense une telle chose. Et contre toute attente il me dit même qu'il m'aidera si jamais je souhaite retrouver mon fils. D'abord étonnée, je me dis que je ne devrais pas l'être. Jay a le cœur sur la main... A chacun de ses mots je me rends un peu plus compte de quel homme formidable il est, à quel point je peux compter sur lui et surtout à quel point j'ai raison de l'aimer. D'ailleurs lorsqu'il m'affirme que nous élèverons notre enfant ensemble je n'ai qu'une envie me glisser dans ses bras, l'embrasser, le remercier d'être l'homme qu'il est et lui dire que je l'aime. Mais je n'ai pas le  temps de faire quoique ce soit puisqu'il se lève. Mon regard le suit, sans doute apeurée qu'il y ait un "mais" cependant ce que je redoute n'arrive pas puisqu'au contraire il m'amène tout contre lui et me serre dans ses bras. Comme si il devine que c'est exactement ce dont j'ai besoin. Il murmure ensuite qu'il est là puis se détache de moi, glisse sa main sur ma joue et plonge son regard avant de promettre que je ne serai plus seule.

Depuis que j'ai mis fin à notre relation je ne me suis pas sentie aussi sereine et heureuse. Et autant dire que ça fait énormément de bien. Plus encore lorsque sa main glisse cette fois sur ma nuque et qu'il approche son visage du mien et m'embrasse. A cet instant je ressens un million de sensations. J'ai l'impression de redécouvrir le goût de ses lèvres que j'aime tant et à la fois de ne jamais les avoir quitté tant j'y ai pensé. La douceur de sa langue et son odeur m'enivrent. Mon cœur bat à mille à l'heure à tel point que je crains qu'il n'explose d'une seconde à l'autre. C'est si bon et si fort que j'en pleurerais. Mais j'arrive à retenir mes larmes et me contente plutôt de murmurer entre deux langoureux baisers   les lèvres encore battantes et gonflées « J'ai besoin de toi Jay. » Puis je reprends aussitôt avant de reprendre « Tu m'as tellement manqué... » Mes lèvres toujours collées aux siennes je l'embrasse à nouveau tandis que je sens les battements de mon cœur dans chaque partie de mon corps. Ma main vient s'emparer de sa main libre et la serre à mesure que notre baiser s'intensifie. Nos doigts entremêlés et nos corps collés comme jamais à tel point que j'ai l'impression que nous ne formons plus qu'un, je sens des frissons me traverser de haut en bas tant je suis avide de chaque sensation qu'il pourrait me faire ressentir. Je ne sais pas si ce sont les hormones ou les mois sans pouvoir le sentir tout contre moi mais je suis dans tous mes états. A tel point que je le pousse sur le fauteuil et lui grimpe dessus sans quitter un seul instant ses lèvres.  J'ai tellement besoin et envie de le sentir contre moi que sans que je m'en rende compte mon bassin se frotte au sien. Je lui mordille la lèvre avant de glisser les miennes dans son cou et d'y murmurer « Ne m'abandonne pas s'il-te-plaît... »  J'y dépose quelques baisers avant de retrouver ses lèvres. Puis après l'avoir embrassé quelques instants je murmure tout contre ses lèvres « Je t'aime... » avant de reprendre notre baiser. A cet instant je me sens reconnaissante comme jamais, reconnaissante d'enfin le retrouver.      

----------------------------------------------------------------------

Magnetic everything about you...
You do it to me so well, Hypnotic takin' over me. Make me feel like someone else. You got me talkin' in my sleep.  I don't wanna come back down. I don't wanna touch the ground. Pacific ocean dug so deep. Hypnotic takin' over me. ~ Jayllie.

Revenir en haut Aller en bas
17.09.16 1:55

Breath of Luck
Pour connaître la chance, il ne manque vraiment à certains qu'un peu de chance.
Un coup, deux coups, trois coups. Oui on frappe à la porte. Le voisin hurle presque derrière cette dernière « Mademoiselle Levy, Crook est sur votre fenêtre il faut le sauver !!! » Pas le choix il va falloir ouvrir la porte ou ce pauvre chat risque de finir quatre étages plus bas.
Breath of Life + Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 Page 1 sur 1


 

No more pains, no more lies, no more games {Jayllie} - SUITE


BREATH OF LIFE :: THE EMERALD CITY :: Belltown. :: Housings of Belltown.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
         
Actuellement à Seattle
Le staff à ton service
La course aux affinités